« Y a-t-il des conditions indispensables au bonheur ? »

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1677 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 juillet 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Sujet : « Y a-t-il des conditions indispensables au bonheur ? »
Le sujet « Y a-t-il des conditions indispensables au bonheur » met en avant la possibilité d’existence d’une obligation de remplir certaines conditions afin d’accéder au bonheur. Le sujet nous questionne donc sur l’existence de ces conditions et leur nature. En effet ces conditions peuvent se manifester sous la forme d’obligationsphysiques, morales, légales, sociales, naturelles… Le sujet met donc en place un paradoxe par l’association des mots bonheur et condition : en effet le premier se réfère à une obligation, à une restriction ce qui est antinomique de l’idée de bonheur. De cette réflexion émanent plusieurs questions préliminaires : « Qu’est-ce que le bonheur ? » mais également « Peut-on être heureux ? ». Afin derépondre le plus précisément possible à la question posée, nous allons dans un premier temps démontrer l’existence de conditions indispensables au bonheur puis nous allons montrer que ces conditions sont subjectives.
Tout d’abord, avant de débuter l’argumentation proprement dite, nous devons répondre aux deux questions précisées dans l’introduction. Tout d’abord, il faut définir le bonheur. Lebonheur ne doit pas être confondu avec le plaisir, en effet le plaisir désigne quelque chose de physique, alors que le bonheur désigne un état spirituel. Cette notion est complexe et possède plusieurs sens en fonction du contexte. Dans le contexte courant, le bonheur correspond à un état de joie permanent, ce qui le différencie du plaisir ou de la passion qui sont temporaires voire instantanés. Lebonheur dépend d’une apparence : citons la réflexion suivante : « Vous ne connaissez pas votre bonheur ». Ce mot prend un autre sens en philosophie. Les différentes écoles philosophiques ont leur propre interprétation du bonheur. Nous allons ici définir trois interprétations différentes du bonheur, celle de l’hédonisme, celle de l’épicurisme et celle du stoïcisme. L’hédonisme se réfère à la naturesensible de l’homme qui est son guide vers le bonheur. Elle écarte la souffrance, synonyme de mal alors que la recherche des plaisirs est le guide des bonheurs. L’épicurisme, lui, contrairement à la définition commune, possède une morale qui tend vers la recherche du bonheur. Cette morale est portée certes sur le plaisir mais avec une restriction fondamentale : l’abus ou le mauvais usage des plaisirsentraîne la souffrance et détruit toute chance de bonheur. Epicure ne retient que les plaisirs naturels et nécessaires : « Quelle chose admirable que le pain et l’eau lorsqu’on les trouve dans le temps de la faim et de la soif ». Enfin, le stoïcisme n’est une morale du bonheur que dans la mesure où la douleur est suivie, acceptée, intégrée. Cette école à été en concurrence avec l’épicurisme. Ladernière école des stoïciens a été latine (Epictète, Sénèque, Marc Aurèle) qui était marquée par le rationalisme latin. Après avoir répondu à cette question, nous pouvons désormais répondre à la question « Peut-on être heureux ? ». Afin d’y répondre, suggérons la formule suivante : « Où ? Quand ? Comment ? ». Le vrai bonheur peut être vécu quelque soit l’endroit : le fou dans son asile, le condamnéinconscient dans sa prison, l’Hermite dans sa montagne. Quand à la question du temps, nous pouvons répondre que le bonheur est intemporel, mais n’est ni instantané, ni éternel. Le bonheur se manifeste de façon intérieure, comme le sage ou extérieure. Le bonheur a ses apologues et ses détracteurs comme les nihilistes. Après avoir répondu à ses questions, nous pouvons entrer dans le vif du sujet quesont les conditions du bonheur. Tout d’abord, nous pouvons affirmer que le bonheur n’est pas inné et n’est pas un propre de l’homme sinon celui-ci ne serait pas en quête d’un bonheur parfois inaccessible, ce préalable posé, recherchons ces conditions. L’une des premières serait la liberté. En effet pour l’esclave la recherche du bonheur passe obligatoirement par l’acquisition de la liberté,...
tracking img