Résumé

Les filles du feu est une œuvre de l'écrivain, nouvelliste et poète Gérard de Nerval, et plus précisément c'est un recueil de nouvelles et de poésies qui fut publié au mois de janvier 1854.

Le point original quant aux circonstances de la rédaction de cette œuvre, c'est que Nerval à l'époque était interné dans la clinique du docteur Émile Blanche à Passy dans les Alpes. L'œuvre est aussi précédée d’une dédicace à Alexandre Dumas, suivie ensuite de huit nouvelles intitulées : Angélique, Sylvie, Chansons et légendes du Valois, Jemmy, Octavie, Isis, Corilla, Emilie, et pour terminer d'un ensemble de douze sonnets placés à la fin du recueil réunis sous le titre Les Chimères.

« Les filles du feu » est donc un recueil qui l'auteur a failli intituler '' Les amours perdus '' avant de changer d'avis. Ces amours perdus évoquent naturellement des femmes, portant chacune un nom féminin en guise de titre. C'est normal aussi que ces histoires finissent plutôt mal et qu'elles ne se terminent pas par un mariage ou des enfants, les amours étant perdus. L'introduction que fait Nerval pour son œuvre s'apparente à un hommage à Dumas, car il l'a faite à l'image et à la façon des introductions que faisait Alexandre Dumas dans ses œuvres. L'idée à retenir de l'introduction de Nerval qui corrobore parfaitement les circonstances objectives de fait, c'est que l'auteur était un peu fou. On retrouve également une manière étrange de s'identifier à ses personnages et de mêler une part de fiction avec la réalité qu'il vivait, comme s'il s'écrivait aussi lui-même un peu. Cette folie lui vaudra de retourner...

Lire le document complet

Documents relatifs