• Mieux vaut t'il se perdre dans la passion qu'avoir perdu toute passion
    si la passion choisie ne nous rend point heureux , et choisir la passion religieuse nous rend alors pantin de notre destin et de notre foie … Les stoïciens , reprennent l’idée du ‘’destin’’ comme anti douleurs , il disent que tout est écrit et qu’il faut simplement l’accepté pour être...
    Premium 1797 Mots 8 Pages
  • Philosophie désir et bonheur
    mais surtout Rousseau ont soutenu la thèse que la plus grande souffrance serait de ne plus rien désirer ; et que le désir en lui-même est ce qui est le plus agréable. "Malheur à qui n'a plus rien à désirer. " Rousseau Le désir est-il toujours un manque, a-t-il toujours pour condition une douleur...
    Premium 8182 Mots 33 Pages
  • Epicure - lettre a ménécée
    serein comme un vieillard. Dès lors il faut rechercher ce qui nous rend heureux, puisque avec le bonheur nous avons tout ce qu'il nous faut et que si nous ne sommes pas heureux nous faisons tout pour l'avoir. Suis et pratique l'enseignement que je ne laisse de te prodiguer et comprends qu'il y va des...
    Premium 1927 Mots 8 Pages
  • Azrgdsssrf
    raisonnement, elle présente un discours exhortatif pour montrer qu’elle comprend la douleur du poète: «  Rien ne nous rend si grands qu'une grande douleur. » ( v.). Dans ce vers nous retiendrons l’importance du nous, ceci est pour montrer sa compassion. Nous pouvons remarquer la disposition de...
    Premium 1288 Mots 6 Pages
  • Texte de menecée
    tel. III/ Habitue-toi à penser que la mort n’est rien pour nous, car tout bien – et tout mal – est dans la sensation ; or la mort est une privation de sensation. D’où : la droite connaissance que la mort n’est rien pour nous nous rend joyeuse la condition mortelle de la vie, non en ajoutant un...
    Premium 2062 Mots 9 Pages
  • Tombé hors du temps de Grossman
    douleur des personnages. Tous ont perdu un enfant. L’auteur nous transporte alors dans ce monde insensé ie qui n’a plus de sens. Il y a un lac, des maisons, ce qui forme « la ville ». Dans ce décor, rien n’est nommé autrement que par ce qu’il est. Pas de prénoms, pas de localisation. Juste un ailleurs...
    3888 Mots 16 Pages
  • Demain dés l'aube
    figure de style, surprend le lecteur et rend compte de sa douleur. (Les effets produits pour le spectateur) Le thème de la mort et du recueillement, si présents, dans ce poème, impliquent le lecteur qui se raccroche aux sentiments humains de la perte d'une personne. (Apport culturel - ouverture...
    Premium 3287 Mots 14 Pages
  • Dfdfdf
    , manifestent une douleur qui lui est propre, qu'il ne partage avec personne d'autre. Sa douleur si prégnante, l'attriste au point qu'il parait désappointé, englué dans ses pensées, en n'ayant plus goût à rien. Le lecteur ressent cette tristesse et cette douleur, à travers les mots qu'emploie...
    Premium 2209 Mots 9 Pages
  • Citations dissertation culture plaisir/bonheur
    est le plaisir des sages » Barbey d’Aurevilly « Rien ne nous rend si grand qu’une grande douleur » Alfred de Musset « Notre âme a plus de capacité pour le plaisir que pour la douleur » Maine de Biran « Nos vertus ne sont, le plus souvent que des vices déguisés » La Rochefoucauld...
    Premium 373 Mots 2 Pages
  • Commentaire composé un coeur simple chap. 3
    visite et l'occasion de l'expression d'une grande douleur. Le début du texte est formé de deux accumulation de type d'objets différent. Mais avant cette énumération de redécouverte des objets de virginie on peux voir grâce a leur comportement qui souligne le fait que le deuil n'est toujours pas...
    Premium 1695 Mots 7 Pages
  • Pourquoi la poésie
    , et finalement ne restera pas grand chose, comme si la ligne ne vivait que précisément de ses ornements, précisément de ces brefs dessins qui donnent l’épaisseur au trait, ou sa légèreté. Mais alors, ces ornements ne servent à rien d’autre qu’à « faire joli », et le poète est simplement cet habile...
    Premium 2535 Mots 11 Pages
  • Lettre a menecée , epicure
    , malgré sa jeunesse, aussi serein et exempt de crainte devant l’avenir qu’un homme plus âgé. (2) Dès lors, il faut rechercher ce qui nous rend heureux, puisque avec le bonheur nous avons tout ce qu’il nous faut et que si nous ne sommes pas heureux nous faisons tout pour avoir ce bonheur. (3) Suis...
    Premium 1920 Mots 8 Pages
  • le cid
    LE CID ACTE II. Scène 6 DON FERNAND, DON ARIAS, DON SANCHE DON FERNAND Le Comte est donc si vain et si peu raisonnable ! Ose-t-il croire encor son crime pardonnable ? DON ARIAS Je l’ai de votre part longtemps entretenu ; J’ai fait mon pouvoir, Sire, et n’ai rien obtenu. DON FERNAND Juste...
    Premium 1822 Mots 8 Pages
  • Demain dés l'aube
    .     B) La douleur de l'éloignement, de la perte  Tout d'abord, la douleur de l'auteur se rapporte à plusieurs raisons. La première, est l'absence de l'être cher. En effet, on constate un grand nombre de formules négatives : « Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps. [...] Sans rien voir au...
    Premium 2893 Mots 12 Pages
  • Epicure - lettre à ménécée
    sensation. Par suite la droite connaissance que la mort n’est rien par rapport à nous, rend joyeuse la condition mortelle de la vie, non en ajoutant un temps infini, mais en ôtant le désir de l’immortalité. Car il n’y a rien de redoutable dans la vie pour qui a vraiment compris qu’il n’y a rien de...
    Premium 1995 Mots 8 Pages
  • epicure
    d’en jouir : « il ne reste plus rien à redouter dans la vie ». Mais, si cette vérité « nous rend capables de jouir de cette vie mortelle », en quoi est-ce, selon Epicure, « non pas en y ajoutant la perspective d'une durée infinie, mais en nous enlevant le désir de l'immortalité » ? C’est que, si...
    Premium 10634 Mots 43 Pages
  • Fiche lecture lettre a menecée
    . Epicure base toute son oeuvre sur un prédicat très important : la recherche de toute notre vie est le bonheur. Nous ne vivons que pour ça et lorsque nous l'avons, nous ne désirons rien d'autre. Il sera à chercher ici si il n'y a pas d'autres but à l'homme, bien qu'à première vue, cela me semble...
    Premium 3134 Mots 13 Pages
  • La nuit de mai
    . Quel que soit le souci que ta jeunesse endure, Laisse-la s'élargir, cette sainte blessure Que les noirs séraphins t'ont faite au fond du coeur : Rien ne nous rend si grands qu'une grande douleur. Mais, pour en être atteint, ne crois pas, ô poète, Que ta voix ici-bas doive rester muette...
    Premium 458 Mots 2 Pages
  • Demain dès l'aube
    douleur si prégnante, l'attriste au point qu'il parait désappointé, englué dans ses pensées, en n'ayant plus goût à rien. Le lecteur ressent cette tristesse et cette douleur, à travers les mots qu'emploie l'auteur et qui créent une atmosphère sombre et mélancolique. C) Un mot d'ordre : la...
    Premium 3096 Mots 13 Pages
  • Alfred de musset
    que ta jeunesse endure, Laisse-la s'élargir, cette sainte blessure Que les noirs séraphins1 t'ont faite au fond du cœur : Rien ne nous rend si grands qu'une grande douleur. Mais, pour en être atteint2, ne crois pas, ô poète, Que ta voix ici-bas doive rester muette. Les plus désespérés sont les...
    Premium 541 Mots 3 Pages