École littéraire de montréal

Pages: 5 (1073 mots) Publié le: 6 avril 2011
L’école littéraire de Montréal

Par François Couture
Pierre Rajotte

* La fondation de l’École littéraire de Montréal en 1895 marque un moment charnière dans l’histoire littéraire du Québec. C’est au sein de ce groupe qu’on trouve les premiers artisans de la modernité au Québec.

* Il s’agit en fait, de la première aventure relativement structurée d’un groupe d’écrivainscanadiens-français décidés à promouvoir la littérature en la soustrayant autant que faire se peut aux prérogatives cléricales ou politiques ».

* Malgré l’importance de l’École littéraire de Montréal dans la vie littéraire de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, son histoire reste à faire.

* Tous distinguent au moins trois périodes importantes dans la vie de l’École. Lapremière, de 1895 aux environs de 1900, est marquée par des débuts enthousiastes et la tenue de cinq séances publiques fort populaires qui vont mener à la publication, en mars 1900, d’un volume collectif intitulé Les soirées du Château de Ramezay5. C’est aussi au cours de cette période qu’Émile Nelligan devient membre de l’École et qu’il est, dit-on, porté en triomphe lors de la quatrième soiréepublique.

* La seconde période, de 1908 à 1913, est marquée par la fondation de la revue Le Terroir, ce qui a fait dire aux historiens que l’École, qui jusqu’alors avait été animée par un désir de « renouveau littéraire », adoptait un tournant régionaliste et terroiriste (littérature du terroir).

* Enfin la troisième période, qui va de 1919 à 1926, a été complètement ignorée par l’histoirelittéraire, alors que l’École accueille pourtant une nouvelle génération en son sein.

Les origines « tavernesques »

* Il est d’usage d’attribuer la naissance de l’École littéraire de Montréal à un groupe de jeunes hommes qui se réunissaient dans les tavernes du Quartier latin sous le vocable des « Six Éponges ».

* De plus, on trouve à l’origine de cette association une prise deconscience linguistique, soit une intention première d’imposer la définition légitime du français littéraire au Québec.

* Cette image d’un groupe de jeunes qui cherchent à renouveler la littérature tout en défendant la langue française et qui se réunissent dans les tavernes pour ébaucher leur projet révolutionnaire n’est pas sans rappeler le modèle décadent et symboliste français.

* Or,dans les faits, nous ne sommes pas en présence d’un groupe uniforme, monolithique. Il existe certes une filiation entre le groupe des Six Éponges et l’École, mais si ce cercle est partie prenante de l’histoire de l’École littéraire de Montréal, il n’en est pas la seule origine.

* Le groupe des Six Éponges n’aurait existé que brièvement, essentiellement pendant l’année 1895. Les membres de cecénacle sont des sortants du Collège Sainte-Marie qui se destinent pour la plupart à l’étude du droit à l’Université Laval de Montréal. Ils ont à ce moment entre 19 et 23 ans, aspirants poètes, n’ont aucune publication à leur actif, outre quelques poèmes dans Le Samedi, sous des pseudonymes.

* Un autre groupe associatif distinct des éponges le « groupe de Sainte-Cunégonde, conjonction deces deux entités ayant chacune leurs caractéristiques propres donnera naissance à l’École littéraire de Montréal.

* Petite ville sise entre Montréal et Saint-Henri, Sainte-Cunégonde a été le foyer d’une modernité insoupçonnée qui devance les activités des « Six Éponges » et de l’École littéraire de Montréal.

* Épongistes et cunégondistes partageaient tout de même un point en commun : ledésir de se faire connaître.

Le triomphe d’Émile Nelligan

* De tous les membres de l’École littéraire de Montréal, Émile Nelligan est sans doute le plus connu. La quatrième soirée publique de l’École joue pour beaucoup dans ce rapport établi par l’histoire littéraire entre le poète et l’École. Lors de cette soirée du 26 mai 1899, Nelligan déclame son poème « La romance du vin » et...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Ecole du meuble de montréal
  • analyse sectorielle petite école Montréal
  • Montréal
  • Montreal
  • montréal
  • montreal
  • Montreal
  • Montreal

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !