Économie

2135 mots 9 pages
Ces dernières années, nous avons assisté à l’émergence d’un marché « islamique » pensé comme une version « hallal » du capitalisme occidental. Ce phénomène ne serait pour certains analystes qu’une consécration, voire le triomphe, d’une « révolution conservatrice » opérée au sein des élites issues du mouvement islamique après l’échec de leur conquête du pouvoir.

EN EFFET, DÉROUTÉS PAR LES REVERS DE LEUR COMBAT POLITIQUE, LES ACTEURS DU MOUVEMENT ISLAMIQUE AURAIENT FINALEMENT INVESTI LE SECTEUR MARCHAND. EN DÉCIDANT D’ENTRER DANS LE MONDE DE L’ÉCONOMIE, ILS ONT IMPORTÉ DANS CET UNIVERS DES SINGES, DES SYMBOLES, UN ÉTHOS « ISLAMIQUE » AFIN DE CRÉER DE NOUVEAUX PRODUITS RÉPONDANT AUX ATTENTES DES CONSOMMATEURS MUSULMANS. CE PROJET S’EST MATÉRIALISÉ PAR L’APPARITION DE BIENS ET DE SERVICES ÉTIQUETÉS « ISLAMIQUES » À LA DISPOSITION DES « CROYANTS-CONSOMMATEURS » OU DES « CONSOMMATEURS-CROYANTS ».

NÉANMOINS, CE QUI EST PENSÉ PAR CERTAINS COMME UNE « ALTERNATIVE » À L’ORDRE ÉCONOMIQUE DOMINANT, PEUT ÊTRE ANALYSÉ COMME UNE EXTENSION DE LA SPHÈRE D’INFLUENCE DU CAPITALISME QUI CHERCHE EN PERMANENCE À CRÉER DE NOUVEAUX MARCHÉS. DANS CETTE PERSPECTIVE, LE POUVOIR DU LANGAGE DU CAPITALISME, LE MARKETING, EST D’APPARAÎTRE INDÉPENDAMMENT DU CONCEPT, C’EST-À-DIRE DE LA SAGESSE ET DE L’ÉTHIQUE.

EN D’AUTRES TERMES, LE LANGAGE CAPITALISTE REPREND LES MOTS DE L’ISLAM EN LES DÉTACHANTS DE LEUR PORTÉE TRANSCENDANTE ET ÉTHIQUE POUR EN FAIRE DES BIENS DE CONSOMMATION. ON COMMERCIALISE UN PARAÎTRE « ISLAMIQUE », UNE IMAGE DE L’ISLAM. AINSI, LE DISCOURS DU PARAÎTRE « ISLAMIQUE » A LE POUVOIR D’ANÉANTIR L’ÊTRE MUSULMAN. CETTE DYNAMIQUE DE RÉIFICATION DE L’ISLAM ET D’ANÉANTISSEMENT DE L’ÊTRE MUSULMAN SE FONDE SUR L’IDÉOLOGIE DE LA SÉDUCTION, DU DÉSIR, ET ELLE S’EFFECTUE PAR LE BIAIS DU MARKETING.

CELA PARTICIPE DE LA NOUVELLE FORME DU CAPITALISME QUI S’APPUIE SUR LA FORCE DE L’IMAGE, DE LA SYMBOLIQUE QU’IL PROMEUT PAR LE BIAIS DE LA PUBLICITÉ. CETTE FORME DU CAPITALISME, ÉTUDIÉ

en relation

  • Economie
    266 mots | 2 pages
  • Economie
    4159 mots | 17 pages
  • Economie
    318 mots | 2 pages
  • Economie
    3185 mots | 13 pages
  • Économie
    3385 mots | 14 pages
  • Economie
    360 mots | 2 pages
  • Économie
    1458 mots | 6 pages
  • Economie
    13562 mots | 55 pages
  • economie
    3070 mots | 13 pages
  • Economie
    974 mots | 4 pages