Écriture d'invention à partir d'un extrait de rhinocéros (fin de l'acte ii) et un extrait de notes et contre-notes (1966) de ionesco: «vous êtes metteur en scène. pour répondre à ionesco, vous envoyez à un grand

1371 mots 6 pages
Abolition de l’esclavage théâtral

Je vous écris suite à la parution, dans votre quotidien, d’un article d’ Eugène Ionesco traitant du théâtre et plus encore de la légitimité du choix de réinterprétation des metteurs en scène (pour la sortie de son livre Notes et Contre-notes). Ce n’est pas en mon nom que je réponds au dramaturge, mais en celui de tous mes confrères qui en ont plus qu’assez d’entendre de tels propos. Cependant, ne vous méprenez pas sur ma démarche: je respecte énormément son oeuvre et ne contredis en aucun cas le génie de cet auteur.

“Je ne fais pas de littérature (...) je fais du théâtre”. Tel semble être le sens profond, la lettre même de l’oeuvre d’Eugène Ionesco. Une posture parfaitement adaptée à son oeuvre qui joue sur les marges du texte. Je ne suis pas sans vous rappeler que le théâtre de l’absurde, auquel appartient l’auteur, a modifié de façon décisive le rapport entre dialogue et disdacalies. Ces dernières, minimales dans le théâtre classique où elles se réduisent à de simples indications techniques, plus visibles dans le théâtre romantique où elles ont une fonction à la fois descriptive (indications d’espace) et psychologique (indication du jeu), deviennent omniprésentes dans le théâtre des années 50. Elle peuvent prendre le dessus sur le dialogue, voire se substituer à lui, ainsi que le souligne Ionesco. Les didascalies marquent donc l’importance nouvelle que les acteurs accordent à la théâtralité, c’est à dire aux “conditions matérielles de la représentation”, décor, jeu, mise en scène, désormais à l’intérieur du même texte. Mais le souci de fixer précisément ces conditions traduit une méfiance à l’égard de nous autres, metteurs en scène... Dès lors que les didascalies sont élevées à la dignité du dialogue et acquièrent ainsi, force de loi, quelle marge de liberté est laissée au metteur en scène?

Moi, je suis metteur en scène: ce qui signifie que je porte au théâtre des oeuvres déjà écrites. J’ai adapté aussi bien des

en relation

  • ldp methodesetpratiques 2011
    165647 mots | 663 pages