Éloge du couteau suisse

489 mots 2 pages
Eloge du couteau suisse

Le couteau suisse n'existe pas depuis une éternité, mais il n'est pas tout jeune pour autan. A sa naissance en 1884, il était voué à la multifonction comme la lame de couteau, le tournevis, l'ouvre-bouteille ou même encore le poinçon et tout cela en une seule lame de fer .

En 1891, l'armée suisse s'équipe de ce couteau équipé de ces ustensiles plutôt difficiles à glisser dans une poche en général. Au tout début, le couteau suisse doit son succès militaire à sa lame en acier inoxydable alors que dans certaine boutiques on peut en trouver avec un manche en bois, cette variété de matière permet de conquérir plusieurs client différents mais la petite croix blanche reste fidèle au modèle quelque soit sa provenance.

Ce couteau peut accompagner dans tout les voyage, de grande randonnée dans le sud de la France, ou ailleurs dans les vastes forêts du Morvan. Grâce à sa longues lames on y coupe des parts de pain, des lamelles de saucissons ou de fromage lors des casse-croûtes près des sentiers ou alors si vous aimez les plats préparés vous avez un ouvre-boite à disposition.
Le décapsuleur, aura fait sauter quelques capsule de canettes de bière difficile à enlever à la main quant à lui le tire-bouchon aura ouvert tellement de bouchon de liège. En cas d'accident, il est bien pratique d'avoir un petit ciseau à portée de main pour pouvoir couper une bande sparadraps.

Le couteau suisse est aussi le grand ami du bricoleur car il existe aussi une petite lame dentée qui permet de scier facilement un morceau de bois. Au cas ou vous perdez votre tournevis, vous pouvez toujours compter sur votre couteau qui fait appel à son option la plus célèbre. Si vous avez besoin de mesurer la taille d'un planche lors d'une construction il existe ou aussi une règle dépliante.

Ces options ne vous donne pas envie de l'acheter car vous n'êtes pas bricoleur, et bien parfait il existe des couteaux adaptés à des fonctionnaires ou à des personne travaillant au

en relation

  • Article christianisme, diderot - commentaire
    1313 mots | 6 pages
  • "Tu as bien fait de partir, arthur rimbaud !" de rené char
    528 mots | 3 pages
  • L'huître - Francis Ponge
    537 mots | 3 pages
  • Hemingway
    535 mots | 3 pages
  • Diderot - salon de 1763 : chardin
    1295 mots | 6 pages
  • Guernica (tableau et poeme)
    1932 mots | 8 pages
  • L'athéisme de diderot et le théisme de voltaire
    1906 mots | 8 pages
  • Cézanne les trois baigneuses
    1037 mots | 5 pages
  • Rene char
    425 mots | 2 pages
  • L'huitre
    450 mots | 2 pages