Épanchements tendres et mélancoliques des sentiments d’une âme

1185 mots 5 pages
En poésie, le lyrisme est une tonalité particulière qui est toujours liée à l’expression des sentiments. Alphonse de Lamartine, dans son œuvre Médiation poétique parut en 1820, qualifie le lyrisme comme les « épanchements tendres et mélancoliques des sentiments d’une âme ». Il pense que le poète se doit, au travers de ses poésies, de communiquer librement ses propres sentiments, ceux d’une personne à qui il tient ou parfois même ceux du lecteur (« sentiments d’une âme ») et de les laisser déborder qu’ils soient tantôt « tendres » ou tantôt « mélancoliques ». Cependant, la définition énoncée par Lamartine sur la poésie lyrique est-t-elle réellement celle partagée par le lecteur ? A l’aide des textes du corpus et de la préface de Les Contemplations de Victor Hugo, nous essayerons de comprendre la définition donnée par Lamartine pour enfin tenter de saisir la définition qu’attend le lecteur sur la poésie lyrique.

Pour le poète, la poésie lyrique est l’épanchement de ses propres sentiments notamment grâce à l’expression de ses sentiments personnels ainsi que la place dominante du « je » et du « tu ».

L’expression des sentiments personnels du poète au travers de ses poésies est essentielle pour la poésie lyrique selon Lamartine. Le sentiment de la mélancolie démontre que le poète est dans un état de tristesse vague et qu’il a une propension au pessimisme « Et la mort entre en moi comme dans un moulin » (v. 5 ; Paul Éluard). Il tient donc au travers de ce pessimisme à interloquer le lecteur sur cet état de dégout de la vie qui le traverse. En revanche, le sentiment de tendresse évoquée envers un être aimée comme dans la poésie de Pierre de Ronsard, traduit l’accentuation donnée par le poète pour montrer que celui-ci tient à cette personne (ici Marie). Celui-ci se traduit par des paroles douces « Quand la terre et le ciel honoraient ta beauté » (v. 10) ainsi qu’à des attentions délicates « reçois […] ce panier plein de fleurs » (v. 12-13). Un poète, pour

en relation

  • Le lyrisme.
    431 mots | 2 pages
  • Anthologie
    2270 mots | 10 pages
  • TH OPHILE GAUTIER
    2978 mots | 12 pages
  • Exposé : les souffrances du jeune werther
    4214 mots | 17 pages
  • Docs
    3195 mots | 13 pages
  • Anthologie poétique les saisons
    12654 mots | 51 pages
  • Anthologie poétique victor hugo
    8728 mots | 35 pages
  • apprendre à voir larchitechture
    13618 mots | 55 pages
  • le romantisme
    14095 mots | 57 pages
  • Savoir
    13682 mots | 55 pages