Épisthémologie

1665 mots 7 pages
Epistémologie économique

Introduction
Définition : Etude de la nature et des limites de la connaissance (branche de la philosophie). Etudier la nature et les limites de l’économie en tant que science. On se donne des règles à priori permettant d’affirmer, d’évaluer une théorie.
Chapitre 1 : Une « science » économique A- Des attributs scientifiques
Elle avance des pratiques qui sont censés aller dans le sens de la science, avec l’usage de 3 éléments : * Mathématiques et physique reflètent la rigueur formelle, démonstration * Modélisation -> cadres expérimental comme les sciences expérimentales * Econométrie outil qui appuie et renforce la dimension scientifique B- Analogie
Faire une analogie, c’est effectuer une comparaison relatif à des faits, thèmes, phénomène etc… Les économistes ont tendu d’appuyer leurs recherches sur des résultats déjà mis en évidence dans d’autres disciplines pour les transférer en économie.
Le concept le plus important en économie est le concept d’équilibre qui irrigue toute la construction économique qui structure la discipline. Il n’est pas inventé mais utilisé par les éco, puisé dans la physique. Cela va leur permettre de penser l’idée de marché à l’équilibre.
Importance quantitative de ces analogies au regard des sciences dures. C- Eléments historiques
Physiocrates 1750-70 : première représentation de l’économie comme un circuit, Quesney, chirurgiens transfert la physiologie à l’économie (circuit sanguin). Institutionnalisation de l’économie en tant que discipline (leader, formation, diffusion du savoir). « science nouvelle de l’économie » qui s’appuie sur l’analogie.
Classiques : (Smith) loi de la gravitation, « histoire de l’astronomie » (ouvrage de Smith) tentative de compréhension de l’univers, « théorie des sentiments moraux » pour comprendre la société, puis « la richesse des nations » analyse purement économique.

1830-1870 : * Cournot (1838) : premier auteur à introduire les

en relation

  • Les sociologues et la sociologie ou ce que font les sociologues
    3772 mots | 16 pages
  • Théorie de la communication
    21092 mots | 85 pages