Être écrivain.

1749 mots 7 pages
Être écrivain.

Je ne vis pas de ma plume, pourtant je suis un écrivain. Vous en doutez ? Vous en avez néanmoins la preuve devant vous, vous me lisez en ce moment.

Cela n’est pas suffisant ?

Vous vous trompez, comme je me trompais, il n’y a pas si longtemps.

Plus souvent que je ne le devrais, je lis des œuvres ou des réflexions pondues par des hommes ou des femmes et parfois par des adolescents tous certains de mériter le titre d’écrivain simplement parce qu’ils alignent des mots les uns à la suite des autres.

Comme il semblerait, pour se prétendre écrivain, qu’il suffise d’écrire des historiettes, de les offrir en lecture et que c’est justement ce que je vais faire ici même, j’en conclus que je suis écrivain.

Stupidement, je pensais, pour avoir de la valeur, qu’un qualificatif comme celui d’écrivain se décernait après une approbation très favorable d’un grand nombre de lecteurs-acheteurs et que se l’octroyer soi-même faisait passer pour un cabotin.

Je me trompais.

Depuis Internet, la reconnaissance des lecteurs et des éditeurs n’est plus une référence intrinsèque pour s’arroger ce titre, seule compte l’opinion de celui qui écrit. Et si, Lui, décrète "je suis un écrivain", qu’Il explique sa technique, ses auteurs préférés, qu’Il prodigue ses conseils, même si ses seuls lecteurs admiratifs sont les membres de sa famille ou de sa communauté, de quel droit oserait-on mettre en doute sa parole ?

Mon boulanger, dans sa minuscule boulangerie, fait rire ceux qui le connaissent, quand il affirme en société " je suis chef d’entreprise ", ce qui attire plus de respect que " artisan boulanger ", et… qui n’est pas complètement faux, si ce n’est pas complètement vrai.

Puisque je suis apte à écrire des mots qui forment des phrases et que je ne manque pas d’imagination, je m’octroie, comme les autres, ce titre. Je suis écrivain.

Plus un écrivaillon est jeune et plus sa certitude d’être un écrivain de valeur encore méconnue, est grande. Alors

en relation

  • Quelles peuvent être les motivations d'un écrivain qui entreprend un récit autobiographique ?
    602 mots | 3 pages
  • Idée de livre - extrait - peut-on être écrivain rien qu'avec un simple claquement de doigts
    251 mots | 2 pages
  • Léopold sédar senghor explique: "les écrivains et les artistes doivent jouer, jouent un rôle de premier plan dans la lutte pour la décolonisation." a votre avis, la littérature doit-elle nécessairement être engagée?
    1399 mots | 6 pages
  • Conseils pour écrivains
    9804 mots | 40 pages
  • Personnages de roman
    1058 mots | 5 pages
  • is back
    3224 mots | 13 pages
  • nadia
    1030 mots | 5 pages
  • Mon journal
    3564 mots | 15 pages
  • Politique
    2120 mots | 9 pages
  • Peut-on dire alors que l'écrivain peut, par ses oeuvres, "contribuer à l'amélioration de la société"?
    2250 mots | 9 pages