1215

Pages: 3 (525 mots) Publié le: 13 mars 2013
12/05/2000
Dans un petit quartier en France, à proximité de Paris là ou on sens cette chaleur bizzard entre les ruelles, ou les gens vivent unis comme s’ils constituaient tous une seule grandefamille, l’endroit ou on partage les peines exactement comme on partage les joies et les bons moments … C’est exactement la que vivait Maria, une jeune fille impeccablement belle , ses yeux marronbrillait au milieu de son petit visage toujours souriant , un sourire que réchauffait le cœur de tous les habitants du quartier qui ont tous participé à son éducation après le décès de ses parents dans undramatique accident en revenant de leur voyage , la petite Maria les accompagnait aussi, ainsi que son grand frère qui fut brulé et ses parents dans les flammes qui ont dévore la voiture . C’est commeca que l’inconscience d’un conducteur a mis fin à la vie de trois êtres innocents.
Apres le départ de ses parents Maria vécu chez sa grand mère, ou bien Mme Emanuelle la fleuriste comme l’appelaittous les habitants du quartier, une vieille dame aux cheveux blancs et au visages ridé toujours habillé de chemises a carreaux et de courts pantalon , et qu’on trouve tous les matin assise devant sapetite baraque exposant de fraiches roses aux couleurs et d’odeurs éblouissantes .
Le petit magasin se tenait dans la cour de « cupidon » au milieu du quartier, que les anciens habitants ont nommé ainsiparce qu’il y’avait une ancienne statue du Dieu Cupidon, le dieu de l’amour , comme racontait les mythes grec, celui qui selon ce que disait Emanuelle à Maria rendait les personnes amoureux juste enleurs lançant une de ses flèches.
Notre héroïne qui n’avait encore que 8 ans était beaucoup affectée par les histoires de sa mamie, et surtout par celle du dieu de l’amour, elle était impatiente à ceque ce dernier la vise avec son arme magique, et comme toutes les filles du monde n’arrêtait pas une seconde d’imaginer son prince charmant et d’attendre son arrivée.
Elle se réveillait le matin...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !