4 articles écclesiastique

669 mots 3 pages
Au XVIIe siècle et en France, un bénéfice ecclésiastique est un ensemble de biens destinés à financer un office ecclésiastique. Le bénéfice ecclésiastique doit donc permettre aux titulaires de charges d'Église de vivre et d'agir.Il existe trois catégories majeures de bénéfice ecclésiastique.

Les bénéfices séculiers : ce sont les évêchés, les canonicats, les chapellenies et les cures.
Les bénéfices réguliers : ce sont les abbayes mais aussi les offices qui sont attachés à leur fonctionnement (office de chambrier, office d'aumônier, office de sacristain, office de trésorier, office de cellerier). Aussi, 1.
Les bénéfices mixtes : il s'agit des cures possédés soit par des réguliers, soit par des ordres religieux tels que ceux de Saint-Jean de Jérusalem ou de Malte.

Un concile est une assemblée d'évêques de l'Église catholique (romaine ou non) ou orthodoxe. Il manifeste une dimension essentielle de toute Église chrétienne : la synodalité ou organisation hiérarchique du corps en vertu de laquelle les prélats chargés du gouvernement de chaque portion de l'Église (évêques) sont susceptibles de se réunir pour prendre ensemble des décisions qui engagent la foi et la discipline de tous sous l'autorité d'un primat.

les conciles généraux ou œcuméniques sont les assemblées de tous les évêques appartenant à une même communion ecclésiale. En ce cas, œcuménique prend son sens premier et étymologique d'universalité. Il ne désigne pas toutes les Églises chrétiennes mais toutes les parties (évêques, fidèles, diocèses) d'un même ensemble ; les conciles particuliers où ne sont convoqués qu'une partie des évêques.

Le gallicanisme est une doctrine religieuse et politique cherchant à promouvoir l'organisation de l'Église catholique en France de façon largement autonome par rapport au pape.

D'une part, le gallicanisme réduit l'intervention du pape au seul pouvoir spirituel, et ne lui reconnaît pas de rôle dans le domaine temporel. D'autre part, s'il

en relation

  • Le divorce dans els moeurs
    2346 mots | 10 pages
  • Le concordat de 1801
    847 mots | 4 pages
  • Commentaire de texte : edit de clotaire ii
    2467 mots | 10 pages
  • Villers-coterrêts
    4843 mots | 20 pages
  • Féodalité
    766 mots | 4 pages
  • Commentaire concordat 1801
    3764 mots | 16 pages
  • Les capitulaires de 779 et 794
    1588 mots | 7 pages
  • MémoireDEALeYoncourt
    59963 mots | 240 pages
  • Secte et etat
    22207 mots | 89 pages
  • Les confréries de pénitents au regard du droit canonique
    2370 mots | 10 pages