Acte IV, Scène 14 de Caligula, Albert Camus

441 mots 2 pages
Le texte théâtral et sa représentation du 17éme siècle à nos jours

Problématique : Comment l’absurde est-il dans l’œuvre d’Albert Camus, Caligula ?

Acte IV, Scène 14 de Caligula

Cette scène est celle du dénouement qui met un terme à l’action tyran et de chaque personnage. Cette ajout au livre donne une dimension politique en aboutissant à la conjuration des patriciens.

1/ L’agitation du héros tragique

A/ Ponctuation du monologue

Nous pouvons constater que dans cette scène, il y a des phrases courtes et brève que l’on peut voir par le biais du rythme. Les phrases s’enchaine sans être entre coupé ce qui propose un enchainement rapide.

B/ L’importance des didascalies

Les didascalies insistent sur l’agitation de Caligula. Il propose une gestuel pathétique : « Tendant les mains vers le miroir » « S’agenouillant devant le miroir.
Il y a également de l’agitation dans ses émotions : « pleurant » « criant » 2/ Caligula ouvert aux remords

A/ Dédoublement pathétique

L’objet du miroir sert à la mise en scène, il a fait le vide autour de lui, il n’y a que lui et le miroir.
On découvre un dédoublement dans la parole : Il s’apostrophe à lui même avec une alternance de « Je » et de « Tu ».

B/ Un sentiment d’échec

On trouve des sentiments négatifs comme le sentiment d’être incompris : « Qu’il est dure d’avoir raison et d’aller jusqu’à la mort »
On trouve un sentiment de regret : « Que ne suis-je à leur place » « Si j’avais eu l’amour »
Et également un sentiment de dégoût par rapport à sa lâcheté qu’il reproche aux autres. Il passe par un bilan dépréciatif de son passé. Finalement il n’aura pas la lune.
Il fait le constat d’un échec « Rien » qui représente le néant : « Rien dans ce monde n’y dans l’autre ».
Caligula prend conscience de s’être trompé, car en choisissant la raison de l’absurde, il a échoué.

3/ Destin tragique assumé A/ Caligula face à la mort

Après l’intervention d’Hélicon, Caligula est défiant. Il est entre démence et

en relation

  • jkl,lk
    688 mots | 3 pages
  • L'orientalisme
    3360 mots | 14 pages
  • Caligula
    1923 mots | 8 pages
  • Le personnage de Caligula-Caligula d'Albert Camus (analyse)
    1242 mots | 5 pages
  • Caligula
    36104 mots | 145 pages
  • Caligula, albert camus
    38495 mots | 154 pages
  • Caligula
    23319 mots | 94 pages
  • Caligula sequence
    2858 mots | 12 pages
  • Le theatre de l'absurde
    25786 mots | 104 pages
  • Caligula
    22594 mots | 91 pages