Acte lras noren

1765 mots 8 pages
Acte

Acte est le deuxième volet d’une trilogie de Lars Noren, auteur norvegien. Cette pièce est mise en scène par Alain et Daniel Berlioux, et ce dernier ainsi que Catherine Matisse sont les deux seuls comédiens sur scène. Daniel Berlioux interprète le rôle d’un médecin venu faire un bilan de santé à une femme terroriste, mais cette visite va devenir très éprouvante pour eux deux. En effet à l’arrivée du médecin, la femme parait forte, destabilisante et effrayante, alors que l’on voit le médecin géné, et pas très rassuré. Au fil de la pièce on découvre l’autre face du médecin qui lui remémore des moments blessants et indicibles, et la femme perplexe et soucieuse. La dialectique du maître et de l’esclave d’Hegel se concrétise parfaitement avec cette mise en scène. Comment donc retranscrire, dans une mise en scène et dans le jeu des comédiens, les tortures psychologiques subit par les bourreaux et les victimes, avant et après 1945 ?

La scénographie est simple, sur scène il y a un bureau côté cour, une chaise en fer a été placé au milieu et un rideau blanc cache la plus grande partie d’une longue table d’opération qui est recouverte d’un voile blanc. On y voit une dizaine de projecteurs efficaces; la lumière est importante dans cette pièce, au début de la représentation, une lumière sombre mais de plus en plus intense éclaire la femme terroriste assise sur la chaise, on découvre son physique petit à petit comme on la découvre moralement au fil de la pièce. A la fin, une lumière orangée l’illumine lorsqu’elle se souvient des ses 12 ans, une couleur chaude pour un souvenir de bonheur apparement puiqu’elle sourit en y pensant. On peut aussi penser que c’est le soleil qui apporte cette lumière à travers une fenêtre que l’on devine. Par deux fois on entend le souffle du vent, ce qui représente la vie qu’il y a en dehors de cette salle, la vie que la femme, emprisonnée depuis 7 ans, n’a plus. Ensuite, nous entendons le bruit des wagons qui roulent sur des rails, cela

en relation