Adoslescence

1290 mots 6 pages
Introduction : Dans les années 90, il n’y avait que 1 adolescent sur 10 qui utilisait des sites de discussions sur internet. Durant cette période, les jeunes utilisaient essentiellement des « tchats » anonymes qui augmentaient le risque de rencontre avec des inconnus sans but apparent. Depuis le début des années 2000, les réseaux sociaux se sont largement démocratisés avec 8 adolescents sur 10 qui se déclarent utilisateurs des messageries instantanées et de sites de type « Facebook » ou encore « MySpace ».
Cependant certains peuvent avoir du mal à combler leur besoin d'intégration sociale et vivent davantage de solitude qu'ils ne le souhaiteraient.
On peut alors se demander si les réseaux sociaux sont de bons moyens de socialisation et d’apports culturels pour les jeunes ?
Pour répondre à cette interrogation, nous étudierons dans un premier temps, en quoi les réseaux sociaux d’internet sont des moyens de socialisation puis nous étudierons dans un deuxième temps, comment les réseaux sociaux sont sources d’apports culturels.

1. Les réseaux sociaux, un moyen de socialisation
a. Les facteurs qui motivent les jeunes à l’utilisation des réseaux sociaux
Dans un monde qui tend à l’individualisme, les réseaux sociaux sont devenus une manière efficace et contemporaine pour les jeunes d’aujourd’hui de sortir de ce phénomène.
En effet comme dans notre société et sur ces réseaux, la population tend à se segmenter en fonction : des modes suivies plus ou moins par chacun, des appartenances religieuses, des opinions politiques ou encore des passions. Il est donc normal, de ressentir un besoin d’appartenance à un groupe de personnes ou un groupe d’idées afin, d’échapper à la solitude, car l’homme ne peut pas vivre sans autrui, il a besoin de communiquer avec son entourage. Par ailleurs pour s’intégrer aux groupes, il faut que l’individu de manière général, retrouve ses critères personnels dans un ou plusieurs de ces groupes.
On a ainsi constaté le

en relation

  • Alain fournier - le grand meaulnes
    70406 mots | 282 pages