Affaire kerviel faille du contrôle interne

1889 mots 8 pages
III) Affaire Kerviel : révélatrice des failles du contrôle interne.

3.1 Rappel des faits

Jérôme Kerviel, trader de la Société Général, eut un parcours atypique ; il n’a pas fait les classes préparatoires et donc aucune grande école de commerce prestigieuse. Il a simplement obtenu un DEUG en science économique et un DESS en « back et middle office » en Septembre 2000. La Société Générale le recrute dès août 2000 au middle office de la division banque d’investissement et de financement ; il apprend à cette époque toutes les méthodes de contrôle interne. Il y reste à ce poste cinq ans et est promu en 2005, responsable de l’arbitrage sur des contrats terme au « front office ».

Ses résultats sont satisfaisants en réalisant notamment un bénéfice de cinq millions d’euros en 2005 pour un objectif de trois millions et de dix millions d’euros en 2006 (avec un bonus de 60 000 euros) pour un objectif de cinq millions. En 2007, il fît un gain de 1 554 419 019.58 euros (voire tableau sur les CPM ci-après dans la partie faille du contrôle interne). Cependant il ne déclara que cinquante cinq millions (bonus de 300 000 euros) et dissimula la différence ; cela s’appelle « mise sous le tapis » en français ou «carpet » en anglais.

Le début des difficultés commença alors. En effet, pour atteindre ce chiffre exorbitant de 1,5 milliards d’euros, Jérôme Kerviel prit des positions largement supérieures aux plafonds exigés et mit en place des écritures de dissimulation avec des opérations fictives. Ce résultat extraordinaire confortait le trader à continuer dans ses prises de positions. Ainsi, en Janvier 2008, il spécula sur la hausse du marché pour trois raisons :
- il pensait que les banques centrales et les gouvernements allaient injecter de l’argent pour redonner confiance aux marchés. Cette théorie reposait sur la crise asiatique en 1998 où les gouvernements avaient injecté un montant massif de capitaux ;
- il est habituel qu’en début d’année le marché soit

en relation

  • Affaire kerviel
    4173 mots | 17 pages
  • Jerome Kerviel IE
    1383 mots | 6 pages
  • Affaire Kerviel : communication de crise
    3252 mots | 14 pages
  • Gouvernement d'entreprise société générale
    11480 mots | 46 pages
  • Commission de tutelle
    2380 mots | 10 pages
  • Pourquoi les établissements de crédit et les entreprises d’investissement prennent-ils très au sérieux les inspections ou enquêtes des commissions de tutelle ?
    1087 mots | 5 pages
  • Fraude et contrôle interne
    3914 mots | 16 pages
  • Kerviel
    41338 mots | 166 pages
  • Controle interne
    1347 mots | 6 pages
  • Finances
    2794 mots | 12 pages