Affaire patrick dils

Pages: 7 (1689 mots) Publié le: 8 juin 2012
AFFAIRE PATRICK DILS

QUESTION 1 :
Il peut paraitre étonnant, lorsqu’on a sa conscience pour soi, que l’on s’estime bien inséré dans la société, honnête citoyen et jeune garçon menant une existence paisible, de voir sa vie basculer de manière aussi épouvantable du jour au lendemain à cause d’un malheureux concours de circonstances. Ainsi en a-t-il été pour Patrick Dils, 16 ans, vivantà Montigny-lès-Metz, en ce jour du 30 Avril 1987 où il fut inculpé d’homicide volontaire sur deux garçons, retrouvés morts le crâne fracassé le long d’une voie ferrée le 29 Septembre de la même année.
Etrangement, lors de son interrogatoire, Patrick Dils avouera ce double meurtre qu’il n’a pas commis mais sans pouvoir fournir aux policiers de mobile valable, et pour cause.Patrick Dils à l’époque a donc 16 ans, c’est un adolescent fragile, apprenti cuisinier, décrit comme immature, timide et effacé, qui subit brutalement et sans le moindre ménagement près de trente-six heures de garde à vue et d’interrogatoires en tir nourri sans y être le moins du monde préparé. On le prive de nourriture, de sommeil, on le malmène et on l’insulte. Psychologiquement, le jeune homme estaffolé, épuisé, paniqué.
Une fois plongé et maintenu dans cet état de faiblesse profonde, en raison aussi de sa jeunesse et de sa suggestibilité en tant qu’adolescent influençable et dépassé par ce qui lui arrive, Patrick Dils n’a plus qu’une envie, que cela cesse, afin, le croit-il, de pouvoir rentrer chez lui. Il se met à espérer un bénéfice à court terme (la fin de sa garde à vue) s’il donneun « os à ronger » aux policiers. Ainsi, à bout de forces, souhaitant échapper à un interrogatoire stressant supplémentaire, le garçon se met à « avouer », sans pouvoir cependant expliquer les raisons de son geste atroce.
Selon la psychologie des aveux (de M.Saul Kassin, psychologue au J.J College de New York), certaines personnes vulnérables et fragiles peuvent effectivement se mettre àavouer un crime dont elles ne sont pas responsables, afin d’obtenir, à plus ou moins longue échéance, une indulgence ou un bénéfice lié à leurs aveux : clémence du jury, des policiers, ou selon le principe de « faute avouée à moitié pardonnée ». Il est très probable aussi que Patrick Dils ait subi (sans s’en apercevoir et c’est normal) des séries de questions extrêmement suggestives, mais surtout,qu’il ait été la victime involontaire et supplémentaire d’une technique d’interrogatoire particulièrement insidieuse visant à minimiser son « crime ».
En effet, il semblerait que l’adolescent ai vu arriver dans sa cellule un commissaire particulièrement affable, prenant sa collation matinale avec lui et discutant longuement de sujets agréables (la philatélie notamment, hobby de M. Dils àl’époque) à ses côtés. Il lui devient sympathique, et finit par justifier moralement auprès du jeune suspect les faits présumés (« Tu n’as pas fait exprès, les enfants t’ont ennuyé, tu les as frappé…. », etc….). Il lui promet même qu’il pourra rentrer chez lui s’il avoue. Ce dont s’acquitte l’adolescent avec naiveté, dans l’espérance de pouvoir enfin rentrer rapidement chez lui. Cela, au contraire et entoute logique, causera sa perte, avec les suites et le long calvaire que l’on connait.
Les techniques d’interrogatoires sont nombreuses, variées, certaines sont dangereuses, manipulatrices, violentes psychologiquement et le suspect (coupable ou non) déjà en situation de stress intense ou en état de faiblesse psychologique, inquiet pour lui-même et son entourage peut se laisser berner par lestechniques mises en œuvre par un groupe contre lui. Bien souvent l’âge et les conditions physiques et morales ne sont pas pris en compte dans ces séances forcées, et l’individu souhaitant se sortir rapidement de son mauvais pas et se libérer d’une situation très inconfortable peut se trouver acculé à faire des aveux pour un crime qu’il n’a pas commis.

QUESTION 2 :
Selon les...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Affaire patrick dils- exemple d'injustice
  • Patrick dils
  • Patrick dils
  • patrick dils
  • L'affaire patrick dils
  • Victimologie
  • DIls
  • Patrick

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !