Alberto moravia

1985 mots 8 pages
ALBERTO MORAVIA (1907-1990)

I- BIOGRAPHIE

II- ŒUVRE

III- LE MEPRIS

Alberto MORAVIA est considéré comme l’un des principaux écrivains de la littérature italienne du XXème siècle

I-BIOGRAPHIE

Il est né Alberto PINCHERLE le 22 novembre 1907 à Rome . Il prendra le pseudonyme de MORAVIA qui est le nom de sa grand-mère paternelle. Son père est un architecte juif originaire de Venize et sa mère est catholique d’origine Dalmate (ex Yougoslavie), la famille est aisée.

A neuf ans , il contracte une tuberculose osseuse qui va durer une dizaine d’années et l’empêcher de finir ses études . Il profite de ce repos forcé, alité dans des sanatorium pour lire tous les grands auteurs comme Dostoievski, Joyce , Goldoni , Shakespeare, Mallarmé etc…
C’est un écrivain précoce, à treize ans il aurait écrit un recueil de poèmes intitulé : Dix-huit poèmes .

Mais une autre maladie , psychologique celle-ci, a marqué sa jeunesse et sa formation dit Moravia lui-même , c’est le fascisme , en effet , Mussolini prend les pleins pouvoirs en 1925.

-En 1929 , son premier roman : Les indifférents le rend célèbre sur le champ . C’est une critique de la société et du fascisme. Il dresse un portrait corrompu de la dictature italienne.
Malgré son grand succès , l’ouvrage sera censuré et la suspicion à son égard durera une quinzaine d’années. Il va alors collaborer à différents journaux comme La Stampa et la Gazetta Del Popolo. Dans la revue florentine Solaria , ses articles sont l’expression de la jeune fronde littéraire.

-En 1935 ,Les ambitions déçues est censuré par le régime et figure même sur la liste des livres interdits par le Vatican.

-En 1941 , il épouse Elsa MORANTE, écrivaine précoce d’origine juive. Ils habitent un petit appartement . Leur liaison est orageuse, ils se séparent brutalement pour se réconcilier avec passion.
C’est la même année qu’il écrit une parodie comique du gouvernement de Mussolini : La Mascherata . Il doit s’exiler à

en relation

  • Le conformiste, alberto moravia
    306 mots | 2 pages
  • L'écriture blanche chez paul auster, alberto moravia et georges perec
    12840 mots | 52 pages
  • Agostino
    1533 mots | 7 pages
  • Compte-rendu "histoire d'amour"
    1695 mots | 7 pages
  • Agostino d'alberto moravia
    2131 mots | 9 pages
  • Analyse psycho-dynamique de moi et lui d'alberto moravia (13)
    2427 mots | 10 pages
  • Il diditì o il drogato da telefonino
    1417 mots | 6 pages
  • L'ennui de moravia
    1072 mots | 5 pages
  • Ecritstg
    926 mots | 4 pages
  • L'amour conjugal
    1911 mots | 8 pages