Altérité et intersubjectivité

12985 mots 52 pages
Herméneutique de la communication quotidienne et responsabilite

« Stabilité et univocité sont plutôt des exceptions dans la pratique communicationnelle de tous les jours. Plus réaliste est la représentation qu’en esquisse l’ethnométhodologie ; c’est l’image d’une communication diffuse, vulnérable, sans cesse révisable, aux succès sporadiques, ou les participants s’appuient sur des présuppositions problématiques et non elucidées, et n’avancent qu’en tâtonant d’un consensus à l’autre »

Travail de fin d’annee dirige par le R.P.E. Ganty

INTRODUCTION

Le travail suivant s’inspire d’une question laissée en suspens dans un travail précédent qui portait sur la phénoménologie de la temporalité de la subjectivité chez Lévinas. Cette question avait été malheureusement formulée et fait en conséquence l’objet d’une reformulation dans ce début de travail qui s’inspire de la critique de Ricoeur (Partie A, section a). Brièvement, elle pose la question de la responsabilité dans un cadre déontologique qui ne porte pas sur la transcendance de la signification des questions pratiques avec, mais sur la transcendance l’effectivité des questions pratiques avec autrui, c’est-à-dire sur les conditions de possibilités de l’agir pratique avec autrui et leur signification. Pour répondre à cette question nous avons choisi la philosophie habermassienne pour l’intérêt qu’elle porte à la communication et plus particulièrement au langage. Dans un premier temps nous argumentons ce choix en examinant la relation intersubjective (Partie A, section b). Ensuite nous examinons la notion d’intersubjectivité chez l’auteur allemand (Partie B). Dans un premier temps nous examinons la position de l’auteur de l’auteur par rapport aux auteurs qui nous ont permis de formuler et reformuler notre question, Lévinas et Ricoeur (Partie B, section a). Ensuite, nous examinons le changement de paradigme qui sous-tend la position de l’auteur et le distingue des deux premiers. La

en relation

  • Philo autrui
    2172 mots | 9 pages
  • Philosophie: autrui
    857 mots | 4 pages
  • Le travail n'est il qu'une contrainte
    498 mots | 2 pages
  • Faut-il se libérer du regard des autres pour se connaître ?
    1005 mots | 5 pages
  • Est-il plus facille de connaître autrui que de se connaître soi-même?
    2026 mots | 9 pages
  • Est-il plus facile de connaitre autrui que soi meme?
    2427 mots | 10 pages
  • Restructuration identitaire des migrants
    2997 mots | 12 pages
  • Chapitre 1 Conscient Et Inconscient
    2277 mots | 10 pages
  • La conscience de soi suppose-t-elle autrui ?
    2899 mots | 12 pages
  • Le sujet
    14536 mots | 59 pages