Amélie nothomb jérome clément olivier razac jean-louis missika

Pages: 8 (1795 mots) Publié le: 1 février 2011
DOC 1

Le discours de dénonciation de l’émission Loft Story qui s’est développé dans les pages des quotidiens nationaux au printemps 2001 a donné à lire et à observer non pas le seul rejet d’une émission de téléréalité, mais le constat pessimiste d’un monde en mutation, ou plutôt en perdition. La critique de Loft Story s’est prolongée en une sévère diatribe contre la transformation de notresociété en une société sans culture ni valeurs, barbare, virtuelle et factice, une société d’exploitation, totalitaire et inhumaine, d’où ont disparu le beau, la décence, la liberté, le droit, la dignité, l’éthique.

Nous étudions ici la mise en accusation de l’émission Loft Story, sa constitution en objet méprisable et scandaleux. Prenant pour terrain d’étude les articles parus dans la pressequotidienne nationale, nous relevons chronologiquement l’apparition des différents thèmes et champs d’interprétation qui structurent la dénonciation. Leurs auteurs effectuent une prodigieuse montée en généralité et prennent la défense de valeurs ultimes et principes communs. Affirmant s’exprimer au nom de l’ensemble du corps social, ils condamnent, à travers Loft Story, les dérives d’une société quicourt à sa perte et devient barbare et inhumaine. Le discours de dénonciation déborde des pages des quotidiens et investit la cité, sous une forme complexe, ludique et ironique. Il se prolonge en une action collective menée au nom de tous pour le bien de tous.

DOC 2

À la fin du XIXe siècle, un nouveau genre d'animal trouve sa place dans les zoos occidentaux: l'homme « sauvage » d'Afrique,d'Océanie ou d'ailleurs. Dans un décor de cases et de palmiers, Pygmées et Canaques sont exhibés au public. Ce qu'on attend de ces corps domptés et enfermés derrière des grilles, c'est justement d'offrir le spectacle d'une nature intacte.

Des zoos humains d'autrefois aux shows télévisés d'aujourd'hui, des expositions coloniales à Loft Story, Olivier Razac met au jour une étrange proximité. Cen'est plus le sauvage domestiqué qu'on expose, c'est la vie quotidienne des « gens authentiques ». De même qu'il s'agissait de produire une image rassurante de l'homme exotique, il s'agit désormais de domestiquer nos vies.

« Voir et être vu » : tel est ce mode d'exposition des corps où l'acteur et le spectateur tendent à se confondre. De ces nouveaux éclairages sur l'histoire du spectacle, OlivierRazac tire une stratégie de riposte à la standardisation et aux mimétismes contemporains.

Le zoo, en tant que modèle possible d'un spectacle du réel, est une machine à contrôler, à produire et à diffuser des êthos (c'est-à-dire cet ensemble d'actes et de discours qui forment un caractère particulier). Il est un dispositif multiple, un mélange complexe de prison, de laboratoire et de théâtre.En tant que prison, il façonne les dispositions des corps exposés en contrôlant leur vie et leur milieu, espace et temps. Mais c'est une prison étrange qui voile l'enfermement derrière une simulation de liberté. Les dispositions carcérales doivent devenir une seconde nature aussi proche que possible de l'authenticité perdue. En tant que laboratoire, il produit un savoir sur la biologie, lapsychologie et les relations des spécimens. En même temps, il s'agit d'un savoir hétérogène aux fonctions multiples. C'est un savoir disciplinaire de gardiennage.

DOC 3

'Concentration' : la dernière-née des émissions télévisées. On enlève des gens, on recrute des kapos, on filme ! Tout de suite, le plus haut score de téléspectateurs, l'audimat absolu qui se nourrit autant de la cruauté filmée que del'horreur dénoncée. Etudiante à la beauté stupéfiante, Pannonique est devenue CKZ 114 dans le camp de concentration télévisé. Le premier sévice étant la perte de son nom, partant de son identité. Zdena, chômeuse devenue la kapo Zdena, découvre en Pannonique son double inversé et se met à l'aimer éperdument. Le bien et le mal en couple fatal, la victime et le bourreau, la belle et la bête aussi....
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Jean-louis missika, la fin de la télévision
  • La fin de la television
  • Amélie nothomb
  • Amélie nothomb
  • Amélie nothomb
  • Amélie nothomb
  • Amelie nothomb
  • Amélie nothomb

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !