Analyse de biped de merce cunningham

2218 mots 9 pages
Analyse de spectacle :

Biped

(Merce Cunningham)

[pic]
Introduction

Le spectacle Biped[1] crée en 1999 est un spectacle de danse sur une chorégraphie de Merce Cunningham (1919-2009), une musique de Gauvin Bryas et des décors de Paul kaiser et Shelley Eshkar[2]. L’Analyse présentée ici se base sur une captation de 1999 filmée par Charles Atlas à Mulhouse et consultée au CND[3] a Paris .
En quoi le spectacle Biped peut il être étudié de façon particulière parmi les œuvres de Cunningham ? En quoi peut on dire que cette chorégraphie théorise de nombreux aspect du travail de Cunningham et de ses apports à la danse contemporaine ?

-En premier lieu, Biped est un spectacle fondateur pour l’ouverture de la danse aux nouvelles technologie, C’est l’une des 1 ère chorégraphie à employer l’image numérique et l’informatique pourtant utilisées dans le travail de Cunningham depuis 1990[4]. La superposition des images est l’un des élément majeur du spectacle final contrairement à une séparation totale du travail chorégraphique pur de la scénographie et la musique dans la préparation du spectacle.

-Par ailleurs l’on observe un travail chorégraphique typiquement « cunninghamien » principalement basé sur l’étude, la décomposition et la mise en valeur du « mouvement pur » avec l’emploi du hasard comme élément majeur .
I Un spectacle de danse superposé aux nouvelles technologies

Description La chorégraphie dure 47 minutes et comporte 14 danseurs(ses) de la Merce Cunningham Danse Compagnie vêtus d‘académiques bleus brillants[5], ils dansent aussi bien en solo, duos que séquences de plus grands ensembles . Le spectacle se compose d’une chorégraphie ou les mouvements de danse employés sont ceux du courant post modern ( développé à partir des années 1960 pour les arts de la scène) bien que Merce Cunningham ai commencé ses travaux chorégraphiques avec la modern dance.
Le spectacle est simple, L’ensemble peut se décrire suite à la première impression comme une

en relation

  • corpus
    3312 mots | 14 pages
  • La danse
    1094 mots | 5 pages