Analyse de burquette

752 mots 4 pages
BURQUETTE

Travail de français

présenté à

par

Groupe 5eA

Villa Maria

26 janvier 2010

Les accommodements raisonnables est un sujet qui fait beaucoup parler au Québec depuis les dernières années. Le port de la burqa, un voile religieux islamique pour les femmes qui recouvre le corps en entier, munie d’un grillage au niveau des yeux pour voir, est l’un des accommodements qui a le plus fait jasé. Francis Desharnais, bédéiste québécois, décida donc d’écrire une bande dessinée sur le sujet. Voilà comment est née burquette, l’histoire d’un père qui impose à sa fille le port de la burqa pour l’obliger à poser un nouveau regard sur le monde. Est-ce que cet homme avait raison de contraindre sa fille à porter ce voile de cette façon? Mon opinion est partagée, mais je pense principalement qu’il n’avait pas raison, car il veut ouvrir les yeux d’Alberte, mais il ne le fait pas que pour le bien-être de sa fille et, à mon avis, il ne s’y prend pas de la bonne manière.

Dans un premier temps, nonobstant le fais que je sois contre l’action du père d’obliger sa fille à porter la burqa, j’appuis l’éveil qu’il a essayé de créer en Alberte et j’accepte que son «expérience» comme il l’appelle, a réussit jusqu'à un certain point. Alberte est parvenu à réaliser qu’il n’y a pas que l’extérieur qui compte, par exemple lorsqu’elle devient amie avec une fille qu’elle n’aurait jamais côtoyé avant du à son style vestimentaire. Par contre, Je pense que le père à agit en égoïste, car il ne veut l’éveil de sa fille que pour la popularité qu’il pourrait retirer si sa fille devenait un personnage important de l’histoire et qu’elle le citait comme une personne importante ayant changé sa vie. Il dit d’ailleurs «J’aime encore mieux être le père d’une grande intellectuelle que rien du tout. Du moment que j’apparais dans sa future biographie… bien entendu…»[1], prouvant qu’il n’agit pas que par amour, mais

en relation