Analyse la premire de couverture de La Boite à Merveilles

306 mots 2 pages
ANALYSE DE LA PREMIERE DE COUVERTURE
La première de couverture de l’œuvre littéraire « la Boîte à Merveille » soumise à l’analyse nous montre plusieurs éléments, à savoir : le titre de l’œuvre, l’illustration, le nom de l’auteur, le genre littéraire et la maison d’édition. Nous allons donc mettre l’emphase sur ces éléments en essayant de tirer certaines conclusions.
Concernant le titre, c’est une phrase nominale composée de deux noms, le premier est La Boite qui est un coffre où les gens mettent leurs objets précieux. Le deuxième nom est Merveilles qui sont des choses suscitant une grande admiration par sa beauté et par le monde fantastique et imaginaire auxquels elles appartiennent.
Pour ce qui est de l’illustration, nous remarquons quatre éléments. D’abord, un seul enfant qui lance des regards bizarres et tristes et qui porte une ancienne djellaba. Puis, une porte mi- ouverte fabriquée selon une architecture maghrébine ancienne. Ensuite, nous avons deux femmes vêtues de l’ancien Haïk. Enfin, l’illustration présente une ruelle étroite qui mène vers une impasse obscure évoquant plusieurs questionnements et problématiques.
Quant au genre littéraire de cette œuvre, il s’est avéré que c’est un roman, mais sans aucun indice précisant son type.
En ce qui concerne l’auteur, c’est Ahmed Sefrioui. C’est un auteur marocain que nous devons chercher son biographie afin qu’on puisse tisser des liens en rapport avec les événements de l’œuvre.
Passons finalement à la maison d’édition, c’est Librairie des écoles.
Bref, ài travers cette vue analytique de la première de couverture, nous pourrions tirer certaines conclusions. La première est liée à l’illustration donnant une première impression sur des événements concernant un enfant qui probablement vivait certains problèmes. La deuxième conclusion a trait de l’aspect maghrébin des personnes et de l’architecture et aussi l’auteur marocain qui montre que La Boîte à Merveilles s’inscrit dans le cadre de la littérature maghrébine

en relation

  • 2009PA030139
    150151 mots | 601 pages