Analyse Partielle Renaissance

499 mots 2 pages
Tout d'abord, la femme est présentée de façon négative lorsqu'elle trahit son mari avec un gentilhomme au service de sa maitresse. Marguerite De Navarre nous fait comprendre que la demoiselle déshonore son époux: «En touchant ses vêtements, il nota qu'ils étaient de velours, ce qui en ce temps-là ne se portait pas tous les jours, sinon par les femmes de grande maison et d'autorité. En touchant ce qui était en dessous, autant qu'il pouvait le deviner par le jugement de la main, il ne trouva rien qui ne fût en très bon état, net et ferme. Aussi se mit-il en peine de lui faire le meilleur accueil qu'il lui fut possible. De son côté, elle n'en fit pas moins. Et le gentilhomme sut qu'elle était mariée.» À partir de la métaphore tirée de cette citation, nous pouvons comprendre que la Jambicque est infidèle. La métaphore, «Aussi se mit-il en peine de lui faire le meilleur accueil qu'il lui fut possible. De son côté, elle n'en fit pas moins» permet au lecteur de comprendre que l'homme et la femme copulent, et donc que la celle-ci commet l'adultère. Nous saisissons alors que la femme déroge aux valeurs de la Renaissance, effectivement elle n'est ni chaste ni dévouée à son mari. Elle ne possède donc pas les qualités morales de son époque. Nous savons que l'honneur des femmes de l'ère humaniste dépendait considérablement de la religion, des croyances et donc de la loyauté que celles-ci accordaient à leur mari. Le personnage féminin du récit ment à propos de sa liaison afin de garder sa prospérité aux yeux de tous. C'est pourquoi il est possible de comprendre dans l'extrait: «La demoiselle Jambicque ne le laissa pas achever son propos et elle lui dit dans une très grande colère: "Avez vous jamais entendu dire ou vu que j'ai eu un amant ou un serviteur? Je suis sûre que non, et je m'étonne que vous vienne cette hardiesse de tenir de tels propos à une femme vertueuse comme moi!"» que la femme fait preuve d'aucune véracité dans la mesure où nous appréhendons dans le choix

en relation

  • Atelier du cosmographe franck lestringant
    664 mots | 3 pages
  • Lecture analytique d’un extrait d’erasme tire de « grandeur et limites de l’humanisme » (1935) de stephane zweig
    903 mots | 4 pages
  • Leonard de vinci
    2244 mots | 9 pages
  • Dossier humanisme
    2488 mots | 10 pages
  • Cours de theorie spatial
    5792 mots | 24 pages
  • anthropologie
    3639 mots | 15 pages
  • La sociologie de l’art
    2113 mots | 9 pages
  • Montaigne
    2116 mots | 9 pages
  • Exposé géricault
    818 mots | 4 pages
  • Économie politique : le mercantilisme
    2340 mots | 10 pages