Analyse - the kid stays in the picture

Pages: 5 (1069 mots) Publié le: 25 février 2011
La déchéance du Roi.
Timecode : 1h15min55s à 1h20min.

Dévoué à son travail comme on est pris dans une histoire d’amour, Robert Evans connaît dans les années 80 une période sombre de sa vie, le «Roi de la montagne» comme il se définit lui-meme dans le film, tombe de son pied d’estale qu’il s’était efforcé d’entretenir au travers les divers succés qu’on lui connaît, pour visiter de manière unpeu trop fréquente les bancs de la justice californienne. Impliqué dans une affaire de drogue pendant le tournage de Popeye, les choses s’empirent considérablement lors de la production de Cotton Club (1984) de Francis Ford Coppola car budget, planning et relation producteur-réalisateur explosèrent littéralement. Et si l’on rajoute dans tout cela, son implication dans l’affaire de meurtre de RoyRadin, le producteur fétiche entache plus qu’il n’embelisse l’image de la Paramount qui décide alors de le remercier gentillement.

« On me chassait de ce qui avait été mon domaine pendant 20 ans »
Une maison. Notre séquence débute dans la propriété chérit du producteur star, et il nous semble important de l’inclure dans notre commentaire tant son importance refléte en réalité l’évolution, etla figuration de l’état d’esprit de son propriétaire. Le film s’ouvre par le tirage de rideau sur la villa vide de bervely hills, dans un effet presque « too much » d’un décor qui scintille comme dans le cliché du rêve à l’écran, la caméra évolue dans ses lieux vides, jardin, piscine et intérieur luxueux ou quelques photos semblent témoigner du passé du maitre des lieux. Les premières minutes dufilm donc permettent de penser que cette maison, qui existent bel et bien, paraît pourtant à nos yeux étrangement fausse, une impression de décor de cinéma tout bonnement fabriqué pour les besoins d’une fiction oû tout est préparé, installé (les jets d’eau enclenchés, les photos impeccablement installées par exemple). Les réalisateurs prennent volontairement le choix de plonger le spectateur dansune sorte de musée en utilisant par exemple la steadycam qui penetre de manière presque fantomatique dans les couloirs déserts de la propriété et où les murs, meubles sont recouverts de photos d’époques et de souvenirs. Dans notre extrait ici, le mouvement, l’idée est la même, les lieux semblent transformés et tapis dans l’ombre. Couleurs sombres, feuilles mortes balayées par le vent, piécesvides, cadres brisés, statue de marbre renforcent encore plus cette fausseté à l’image. Mais elle sert au propos du commentaire et de la musique à cordes qui sur un ton néfaste et de résolution, permet de renforcer le caractére pathétique de la scéne. En réalité, on peut inscrire ces deux premières minutes de la séquence dans une logique de travail mental qui est fait par le narrateur-personnage et quiest montré dans la mise en scéne, le montage (fondus enchainés) et les mouvements de caméra en steadycam ou tout en travelling. On peut peut-etre alors rapprocher cette idée avec la conception des travelling que défend Alain Resnais, comme on peut le voir dans le Chant des Styrènes ou dans l’Année dernière à Marienbad et sa séquence d’introduction, où mise à part de l’évident changement spatiale,on opére aussi un mouvement dans le temps, dans une mémoire qui est ici alors dévoilée. Finalement, on peut se demander si Woodland n’est pas dans sa fonction, un jolie clin d’œil à la propriété d’un autre personnage fictionnel qui connaît aussi une incroyable ascension puis une chute, la Villa-Xanadu, de Citizen Kane…

L’homme est perdus et ne veut plus vivre. Il décide alors de s’interner delui même en hôpital psychiatrique. Drogué, réduit au silence, il décide néanmoins de s’enfuir.

« j’ai commis une erreur horrible, j’étais coincé »
Singulatif. Les images qui suivent s’opposent aux précédentes tant dans le rythme frénétique du montage opposé à la lenteur que dans le contenu des images proposés pour évoqués ce passage précis de sa vie. Si nous avions des images tournées...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • The kid
  • Analyse dancer in the dark
  • Analyse du scénario de dancer in the dark
  • analyser the use of knowledge in society
  • Approche esthétique the kid
  • Communication interne
  • Analyse postmoderne ghost in the shell
  • The catcher in the rye

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !