Analyse

253 mots 2 pages
Analyse:
Cette oeuvre monumentale célèbre à la fois la modernité des usines Ford et le travail des ouvriers.
Dans son autobiographie, Mon art, ma vie, une autobiographie, parue en 1960, Diego Rivera parle du contexte de réalisation de cette oeuvre:
« Je souhaitais réaliser une série de fersques sur l'industrie américaine et la division du travail. La Commission des Arts de Detroit, dont Edsel Ford était président, avait accepté de me laisser peindre sur les murs de la cour intérieure de l'Institut des Arts de Detroit. Edsel voulait un tableau complet de la vie industrielle à Détroit. j'ai visité les les sites et les industries de la ville. J'ai réalisé des milliers d'esquisses, de fourneaux, de convoyeurs, de laboratoires, de chaînes de montage. Je pense que les hommes et les mavhines forment un héros collectif, plus important que les héros traditionnels de l'art. En rentrant de Detroit, j'ai entendu la symphonie des usines où le métal était transformé en pièces pour le bien des hommes. je pensais aux milliers d'hommes différents qui montaient en série ces automobiles. »
D'après les mots de l'auteur , il s'agit donc là d'une oeuvre célébrant l'unité de l'homme et de la machine. La fluidité comme inexorable des chaînes de montage en témoigne. De la même façon, il évoque l'idée d'une
« symphonie des usines »: la relative réalité qui ressort de ces fresques, leur complexité, leur densité visuelle donnent presque à entendre le fracas, le bruit continu qui doit y régner et cela est amplifié par le caractère monumental de

en relation

  • Analyse
    576 mots | 3 pages
  • Analyse
    635 mots | 3 pages
  • analyse
    301 mots | 2 pages
  • Analyse
    1039 mots | 5 pages
  • Analyse
    512 mots | 3 pages
  • Analyse
    1502 mots | 7 pages
  • Analyse
    287 mots | 2 pages
  • Analyse
    368 mots | 2 pages
  • analyse
    5794 mots | 24 pages
  • Analyse
    601 mots | 3 pages