André Breton

930 mots 4 pages
André Breton
Je m'appelle André Breton, je suis un écrivain et poète du 20e siècle. Je suis né à Tinchebray en Normandie, le 19 février 1896, et je suis décédé à Paris le 28 septembre 1966. Je suis le fils unique d'une famille de la petite bourgeoisie catholique. J'ai passé une enfance calme à Pantin, dans une banlieue nord-est de Paris. J'ai fait des études de médecine.
Au collège Chaptal, à Paris, j’ai suivis une scolarité qui est dite moderne. Donc sans latin ni grec. Je me fais vite remarquer par mon professeur en rhétorique, qui me fait découvrir Joris-Karl Huysmans et Charles Beaudelaire, deux écrivains français. Mes premiers poèmes sont publiés dans la revue littéraire du collège par deux amis.
Au début de 1914, j’écris quelques poèmes à la revue La Phalange que dirige le poète symboliste Jean Royère. Ce dernier les publie et me met en relation avec Paul Valéry.
Je suis déclaré le 17 février 1915 « bon pour le service », je suis alors mobilisé en Bretagne dans l’artillerie. Début juillet 1915, je travaille comme infirmier à l'hôpital bénévole de Nantes. À la fin de l'année, j’écris ma première lettre à Guillaume Apollinaire dans laquelle j’ajoute mon poème « Décembre ». En février ou mars 1916, je rencontre un soldat en convalescence : Jacques Vaché, un écrivain et dessinateur français.
En 1917 à Paris, je rencontre Pierre Reverdy, un poète français, avec qui je travaille à sa revue Nord-Sud et Philippe Soupault, un poète français, qui me présente Apollinaire. Je rencontre Louis Aragon, un poète et journaliste, à l’hôpital du Val-de-Grâce. Nous passions nos nuits de garde à nous raconter des extraits de Maldoror, un ouvrage en prose. Dans une lettre de juillet 1918 à Fraenkel, j’évoque un projet en commun avec Aragon et Soupault, d’un livre sur quelques peintres comme Picasso et Rousseau.
Après la première guerre mondiale, plusieurs autres auteurs et moi-même pensons qu’on ne peut écrire de la même manière qu’avant cette terrible guerre. La raison est

en relation

  • André breton
    981 mots | 4 pages
  • Andre breton
    292 mots | 2 pages
  • André Breton
    737 mots | 3 pages
  • André breton
    1311 mots | 6 pages
  • André breton
    497 mots | 2 pages
  • André Breton
    793 mots | 4 pages
  • Andre breton
    324 mots | 2 pages
  • André breton
    26852 mots | 108 pages
  • André breton
    643 mots | 3 pages
  • André breton.
    980 mots | 4 pages