André verdet , tu me disais

1576 mots 7 pages
André Verdet ( 1913 – 2004 ) poète, peintre, sculpteur, jazzman ; ami de Jacques Prévert et de Robert Desnos ( mais aussi des peintres Picasso, Miro, Chagall et de Jean Cocteau).

Il participa activement à la Résistance, dans le mouvement Combat, sous le pseudonyme du Commandant Duroc, chargé du sabotage et du contre-espionnage, fut arrêté par la Gestapo et emmené à Auschwitz (le 27 avril 1944) puis à Buchenwald (le 12 mai) en même temps que son ami Robert Desnos. Mais tandis que Verdet reviendra des camps et se sera arrêté à Buchenwald, le calvaire de Desnos se sera poursuivi jusqu’à Flossenburg (en Bavière ; le 25 mai) puis jusqu’à l’enfer de Flöha ( en Saxe, le 2 juin) ; on sait que, à peine libéré de Flöha, il succombera au typhus à Terezin le 8 juin 1945, ayant prononcé ces derniers mots avant de mourir « C’est mon matin le plus matinal … »

Est-ce à lui qu’André Verdet pensait, lorsqu’il écrivit « Tu me disais », écrit à Buchenwald, puis rassemblé avec d’autres en 1947 dans le recueil Les Jours, les Nuits et puis l’Aurore ? Il est difficile de le dire …

Quoi qu’il en soit, nous allons faire la lecture analytique de ce texte, qui a la particularité d’être un poème lyrique à la 2ème personne du singulier (dont nous examinerons la composition), qui rend un éloge émouvant à la femme éperdument aimée par un ami perdu et dont le poète se fait, en quelque sorte, le porte parole, sensible et discret, pour lui rendre un dernier hommage.

I/ 1 poème lyrique à la 2ème personne du singulier : ( répétition de « Tu me disais » (anaphore) + discours rapporté + jeu-décalage entre les temps verbaux imparfait / présent ).

è1ère strophe de 10 vers, suivie de 5 tercets ; vers non rimés, en alexandrins ( sauf dernière strophe : hexasyllabes, puis octosyllabes, puis retour à l’alexandrin è marque la rupture de cette strophe avec le reste du poème + brutalité de l’énoncé : « Tu es mort camarade »

+ repose sur un jeu de répétitions : « Tu me

en relation

  • Commentaire composé "tu me disais" d'andré verdett
    507 mots | 3 pages
  • Tu me disais
    945 mots | 4 pages
  • Histoire de l art
    711 mots | 3 pages