Anklati

Pages: 4 (753 mots) Publié le: 27 février 2012
Voilà maintenant plus de vingt ans que mon pauvre père et moi avons été séparés, le même homme que vous avez condamné à mort pour une action paraît-il cent fois punissable.Je n'avais pas quatre anslorsqu'il parti, ma mère était déjà morte, j'ignore encore pour quelle raison, j'ai simplement ouïe dire qu'elle serai morte en me donnant la vie.Un Curé m'a recueuillie sur les marches de son église,il m'apprit à lire et à écrire.Ce père de substitution me donnait tout l'amour de son corps, mais cela ne pouvais pas combler le manque d'amour d'un père et d'une mère.J'ai grandi avec ce manque quine fut jamais comblé, et qui ne le sera probablement jamais.Lorsque j'avais de la peine, je n'avais pas de père pour me serrer dans ses bras, pas de mère pour me consoler avec des mots doux etrassurants.Lorsque j'était pleine de joie, il n'y avait ni père ni mère pour la partager.

Pathétique

Monsieur le Président,Voila maintenant plus de vingt ans que mon père a été séparé de moi... Monpère, cet homme que vous avez condamné à mort pour un acte qui, selon vous, aurait valu une telle peine.Je n'avais que trois ans lorsqu'il fût exécuté, ma mère, elle, était morte peu après m'avoir mise aumonde.J'ai été recueillie par de braves gens qui m'ont donné tout l'amour qu'ils pouvaient, mais cela ne suffisait point à combler l'absence d'une mère et d'un père.Il y a peu, mes parents desubstitution m'ont fait lire le journal intime de mon père ; ce fût un choc pour moi, et c'est la raison pour laquelle je vous écris cette lettre... Vivre, même par écrit interposé, les dernières heures d'unhomme que je ne me souviens plus avoir eu le temps d'appeler "Papa", quelle expérience ! Vous souvenez-vous de votre enfance, Monsieur Le Président ? Vous souvenez-vous d'avoir sauté sur les genouxde votre père peut-être ? Pas moi.Vous m'avez ôté ce simple bonheur. Au nom de votre certitude, : celle qu'il fallait débarrasser la société d'un coupable et pour cela, l'envoyer à l'échafaud. Mais...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !