apollinairesalome

1963 mots 8 pages
Salomé d’Apollinaire

Judith, de Klimt

Salomé
Pour que sourie encore une fois Jean-Baptiste
Sire je danserais mieux que les séraphins
Ma mère dites-moi pourquoi vous êtes triste
En robe de comtesse à côté du Dauphin
Mon coeur battait battait très fort à sa parole
Quand je dansais dans le fenouil en écoutant
Et je brodais des lys sur une banderole
Destinée à flotter au bout de son bâton
Et pour qui voulez-vous qu'à présent je la brode
Son bâton refleurit sur les bords du Jourdain
Et tous les lys quand vos soldats ô roi Hérode
L'emmenèrent se sont flétris dans mon jardin
Venez tous avec moi là-bas sous les quinconces
Ne pleure pas ô joli fou du roi
Prends cette tête au lieu de ta marotte et danse
N'y touchez pas son front ma mère est déjà froid
Sire marchez devant trabants marchez derrière
Nous creuserons un trou et l'y enterrerons
Nous planterons des fleurs et danserons en rond
Jusqu'à l'heure où j'aurai perdu ma jarretière
Le roi sa tabatière
L'infante son rosaire
Le curé son bréviaire
Poème d'abord publié en 1905 avant d'être intégré dans le recueil Alcools

1

Présentation

Il s’agit d’un poème paru dans Alcools qui évoque un amour malheureux et la cruauté féminine. L’originalité de ce poème tient à la transposition de la légende de Salomé : cette transposition va donner un sens universel au poème puisqu’ Apollinaire y voit l’illustration de l’éternel féminin.
La légende de Salomé a d’ailleurs fait l’objet d’une stratification complexe
- au départ : Hérodiade fait pression sur sa fille Salomé pour qu’elle obtienne d’Hérode le châtiment de JB car JB aurait violemment critiqué le mariage d’Hérode avec sa belle-sœur
- cette légende fait l’objet d’une réinterprétation à l’époque médiévale et au
XIXème
• Hérodiade aurait aimé JB qui aurait commis comme seul faute de refuser les avances de cette femme : ainsi aurait voulu se venger de l’affront subi
• Au XIX une version prête à Salomé elle-même une attirance pour JB
Il existe 2789 poèmes sur Salomé : donc un

en relation