Apr s avoir prouv son existence au niveau de l

670 mots 3 pages
Comment Descartes en vient-il à concevoir l’être humain dans les termes d’une dualité esprit/corps ?

A un moment de sa vie, un problème commença à tourmenter Descartes. Il commença à se demander comment être sûr de quelque chose, comment savoir que les connaissances que nous avons, les pensées, sont vrai et que tout ça n’ait pas en fait que tromperie ? Afin de répondre à ces différentes questions le tourmentant, il commença à remettre en doute toutes ces connaissances qu’il avait précédemment acquises afin de trouver la base de toute connaissance. Il commença alors a même douter de sa propre existence mais en faisant cela, il se rendit compte que pour être en mesure de douter sur sa propre existence il faut pouvoir penser et donc pour pouvoir penser, il faut nécessairement exister. En arrivant à cette réponse, il en conclut que tout ce qui existe n’est donc pas une tromperie puisque il prouva son existence (au niveau de l’esprit) et c’est grâce à ce raisonnement que Descartes réussi à répondre à cette question et donc prouver que tout n’est pas qu’une illusion. Un peu plus tard il donna a ce raisonnement le nom de : cogito ergo sum venant du latin, je pense donc je suis, et qu’il publia en 1637 dans « Le discours de la méthode ».
Après avoir prouvé son existence au niveau de l’esprit, Descartes tenta alors de prouver son existence au niveau corporelle. Pour ce, il essaya alors de définir l’origine de la « perfection » qu’il avait en lui. Ayant remis en doute toutes ces connaissances un peu avant, et que le doute est synonyme de « imparfait », il en conclut alors que cette idée de perfection ne pouvait pas venir de lui. Il chercha alors à trouver d’où pouvait bien venir cette idée mais il se rendit vite compte qu’elle ne pouvait pas venir de son environnement puisque tout était imparfait. Ayant une idée de la perfection mais ne pouvant pas la prouver, il en conclut qu’elle devait avoir été transmise en lui par un être parfait et cet être en question ne pouvait

en relation

  • La revolution de l informatique
    15400 mots | 62 pages
  • These anne la man
    147582 mots | 591 pages
  • Education
    116687 mots | 467 pages
  • Regression logistique
    8201 mots | 33 pages
  • Approche psychanalytique de la psychose
    100203 mots | 401 pages
  • Cours de droit civil l2 s4
    40120 mots | 161 pages
  • Les ifrs
    12466 mots | 50 pages
  • La nationalité
    13776 mots | 56 pages
  • Gestion de la tresorerie
    92299 mots | 370 pages
  • Bouvard et pécuchet
    97222 mots | 389 pages