arria marcella

1669 mots 7 pages
Trois jeunes gens visitent les ruines de Pompéi. L'un d'eux, Octavien, aperçoit la silhouette d'une jeune femme à jamais prisonnière de la cendre. Le soir, après un dîner bien arrosé, Octavien se promène seul dans la ville. Il se rend compte qu'il ne se promène pas dans une ville morte, mais jeune, sur laquelle ne sont pas passées les cendres et la lave brûlante du Vésuve.

Le lendemain, Octavien se réveille. Tout cela n'était qu'un rêve.

Analyse[modifier | modifier le code]
Éléments fantastiques[modifier | modifier le code]
La plupart des auteurs commencent par conditionner le subconscient du lecteur, principalement à l’aide des descriptions d’ambiance et d’images subliminales. C’est ce que fait Théophile Gautier lorsqu’au début de l’histoire, il écrit : « Il faisait une de ces heureuses journées […] qui semblent fabuleuses dans le Nord, et paraissent appartenir plutôt au monde des rêves qu’à celui de la réalité. Quiconque a vu […] cette lumière […] en emporte […] une incurable nostalgie ». Toute l’histoire, jusqu’à son dénouement, est résumée dans ce seul paragraphe. Il est de même lorsqu’il brosse, par petite touches, le profil psychologique du héros : en parlant des femmes, alors que « Fabio ne faisait cas que de la beauté », et que « Max […] n’aimait, lui, que les entreprises difficiles », Octavien « avoua que la réalité ne le séduisait guère » : « il y avait autour de toute beauté trop de détails prosaïques et rebutants. » Et quand Fabio devine qu’Octavien « tentait de sortir du temps et de la vie, et de transposer son âme au siècle de Titus », le lecteur est prêt.

Malgré toute cette préparation, l’intrusion du fantastique est progressive : le fantôme d’Arria Marcella ne surgit pas brutalement au milieu des ruines. Celles-ci semblent d’abord se restaurer lentement avec la complicité de la lumière lunaire qui « dissimule la dégradation des édifices ». On ne remarque plus les colonnes tronquées et « les parties absentes se complétaient par la

en relation

  • Arria marcella
    1476 mots | 6 pages
  • Arria marcella
    956 mots | 4 pages
  • arria marcella
    10781 mots | 44 pages
  • Arria Marcella
    432 mots | 2 pages
  • Lecture analytique arria marcella
    523 mots | 3 pages
  • Arria marcella de théophile gautier
    480 mots | 2 pages
  • Commentaire extrait arria marcella de th. gautier
    268 mots | 2 pages
  • Commentaire extrait arria marcella de th. gautier
    3355 mots | 14 pages
  • Je sais pas
    503 mots | 3 pages
  • hoho
    1115 mots | 5 pages