Article trésor public

5864 mots 24 pages
n° 52
Février 2009

Le marché des Credit Default Swap (CDS)
L'un des premiers indicateurs du début de la crise financière à l'été 2007 a été la chute brutale des indices calculés à partir des CDS sur un panier d'obligations adossées aux crédits subprime. Dernièrement, la détérioration de la situation dans les pays émergents a été perceptible par la forte augmentation des primes de CDS sur les titres souverains de ces pays. Les CDS ou « Contrats d'échange sur le risque de défaut » permettent de se protéger contre les aléas de crédit sur les obligations de référence (corporate ou souveraine). Les CDS permettent aussi de réduire les exigences en capitaux propres des banques puisqu'ils constituent une garantie contre le risque de défaut. Les CDS sont en conséquence un outil de couverture des risques largement utilisé par les agents financiers (banques, hedge funds…). Le marché des CDS s'est de ce fait considérablement développé depuis 5 ans. Comme pour tous les marchés de gré à gré, le risque de contrepartie y est élevé car il n'existe pas de chambre de compensation assurant la garantie des engagements via un système d'appels de marge et de collatéraux. La faillite d'un acteur majeur (Lehman Brothers, AIG…) peut ainsi accentuer le risque systémique, bien que plusieurs procédures établies par l'ISDA1 aient jusqu'à présent prouvé leur efficacité pour organiser le dénouement des contrats sur les CDS. Le développement des CDS contribue à diminuer les exigences totales de fonds propres des systèmes bancaires : la réduction des exigences de fonds propres pour l'acheteur de CDS (l'acheteur de protection) est en effet supérieure aux exigences supplémenEncours notionnels des CDS taires de fonds propres imposées au 70000 vendeur. Mds $
60000

Ce document a été élaboré sous la responsabilité de la direction générale du Trésor et de la Politique économique et ne reflète pas nécessairement la position du ministère de l’Économie, de l’Industrie et de l’Emploi.

Les primes

en relation

  • Arrêté
    12631 mots | 51 pages
  • 3 Procedures d emission BCEAO
    38204 mots | 153 pages
  • Egypte-caire
    753 mots | 4 pages
  • Fffares
    15750 mots | 63 pages
  • Controle budgetaire
    7518 mots | 31 pages
  • LOI ORGANIQUE RELATIVE AUX LOIS DE FINANCES
    7899 mots | 32 pages
  • Le comptable publique
    21340 mots | 86 pages
  • Les finances publiques
    8275 mots | 34 pages
  • Statut des comptables publics
    4238 mots | 17 pages
  • Directive de l'uemoa
    9613 mots | 39 pages