Arts espace de henrivl

Pages: 91 (22722 mots) Publié le: 26 octobre 2012
ivl1/38

L’ARCHITECTURE
Il faut prévenir une équivoque. A voir figurer l’architecture dans ce livre, on pourrait croire qu’aux yeux de l’auteur, elle est partout et toujours un art. Il nous semble, au contraire, que les vues esthétisantes ont été pour beaucoup dans sa décadence depuis le début du XIXe siècle, qu’elles font obstacle à la conscience de nos responsabilités en ce domaine, et que,là où elles sévissent encore, elles faussent la formation des architectes. En vérité, l’architecture n’est pas d’abord esthétique mais sémantique. Elle a pour tâche d’établir l’être humain dans le réseau spatiotemporel où il invente son sens individuel et collectif, car elle conditionne la famille, l’école, le métier, les rapports de classes, la participation politique. La question n’est donc pasde savoir, en premier lieu, si elle est belle, mais si elle accomplit sa destination humaine, — à moins qu’on ne dise que c’est là sa première et indispensable « beauté ». Devenir architecte, c’est avant tout être initié aux relations sociales et techniques telles qu’elles existent aujourd’hui, telles aussi qu’elles deviendront demain, car le constructeur engage toujours le futur dans le présent.Mais cette démarche n’en a pas moins produit, dans certaines circonstances privilégiées, des objets d’art, et même d’art majeur, offrant la rigueur de l’absolu et, parallèlement aux sujets picturaux et sculpturaux, un sujet architectural. Et, comme le présent ouvrage a pour objet l’esthétique des arts de l’espace, c’est de ce point de vue particulier que nous allons envisager le bâtiment, — cequi, faut-il le dire, ne nous dispensera pas de considérer sa destination, ni sa construction. Car, dans les œuvres insignes, les impératifs pratiques et techniques ne demeurent pas étrangers à l’art de l’édifice. Ils sont assumés par la forme plastique.

L’Art de l’Espace, Casterman, 1959 – L’Architecture

Henri Van Lier

2/38

Chapitre XI La forme englobante
Quand on envisagel’architecture comme simple forme, et pas encore comme destination et construction, il semble, à première vue, qu’elle ne se distingue pas de la statuaire. Étienne Souriau trouve de l’une à l’autre cette unique différence que la statue est figurative; en sorte que la sculpture abstraite contemporaine lui paraît une architecture, libérée seulement des utilités. D’autres auteurs sont plus prudents et secontentent d’affirmer que la distinction des deux arts ne serait pas originelle mais aurait été acquise au cours des siècles. Hegel soulignait l’assimilation de la sculpture primitive à l’architecture : les sphinx égyptiens, symétriques et disposés en allées régulières à l’entrée des temples, n’évoquent-ils pas le principe de la colonnade? Herbert Read retourne l’argument en réduisant cette foisl’architecture primitive à la sculpture. En effet, le bloc de la pyramide de Chéops, à peine traversé de quelques couloirs invisibles au profane, ne lui semble pas différer, dans sa forme essentielle, du Sphinx de Gizèh, tandis que les temples d’Angkor-Vat ou de l’Orissa seraient des massifs de statues, proliférant comme des plantes tropicales. Read épouse même la conception de Worringer, pour qui lacathédrale gothique, en plein Moyen Age, aurait encore nourri cette confusion formelle entre le monument sculpté et le monument bâti. Et Le Corbusier, après tant d’autres, tient le Parthénon pour une sculpture amplifiée. Ces vues ne manquent pas de tout fondement. Fait d’une matière pesante, tangible, à trois dimensions réelles, l’édifice développe à peu près les mêmes grands types que la statue. Le templegrec archaïque et l’église romane représentent ce qu’on peut appeler une architecture « magique ». Dans les sanctuaires de Paestum, les nefs d’Autun ou le narthex de Vézelay, la forme manifeste l’intelligence humaine, mais autant que le calcul, elle proclame la profondeur de la pierre dans la massivité sacrale1. En Egypte, l’indistinction primitive de l’esprit et des choses fut plus...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Histoire des arts apesanteur et espace
  • Arts plastiques : la figure dans son espace en photographie
  • Espace, mouvement, son. la sculpture en mouvement, programme arts plastiques terminale
  • Espace
  • Espace
  • Espaces
  • Espace
  • Espace

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !