Asie orientale

Pages: 2 (267 mots) Publié le: 2 février 2011
Traduction :
from Here is New York, by E. B. White

Il y a grossièrement trois New Yorks. Il y a, d'abord, le New York de l'homme ou de lafemme qui est née là, qui considère la ville comme allant de soi et accepte sa grandeur, sa turbulence comme naturelle et inévitable. Deuxièmement,il y a le New York du banlieusard — la ville qui est dévorée par les sauterelles chaque jour et a craché chaque nuit. Troisièmement, il y a NewYork de la personne qui est née ailleurs et est venue à New York dans la quête de quelque chose. De ces villes tremblantes le plus grand est ledernier — la ville de destination finale, la ville qui est un but. C'est cette troisième ville qui représente New York 's la disposition haut cordée,son maintien poétique, sa dédicace aux arts et à ses réalisations incomparables. Les banlieusards donnent sa nervosité de marée à la ville, lesindigènes le donnent la solidité et la continuité, mais les colons lui donnent la passion. Et si c'est un fermier arrivant d'une petite ville àMississippi pour échapper à l'indignité d'être observé par ses voisins, ou un garçon arrivant de la Zone de culture de maïs avec un manuscrit dans savalise et une douleur dans son coeur, il ne fait aucune différence : chacun étreint New York avec l'excitation intense de premier amour, chacunabsorbe New York avec le frais oui d'un aventurier, chacun produit la chaleur et la lumière pour faire paraître tout petit la Compagnie Edison Unie.
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Asie orientale
  • Asie orientale
  • Asie orientale
  • Asie orientale
  • Asie orientale
  • Asie orientale
  • Asie orientale
  • Asie orientale

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !