Athletisme comportement

Pages: 12 (2873 mots) Publié le: 19 mars 2011
QUELLES DIFFICULTES POUR L’ENFANT
| |L’ESPACE |LA MESURE |LA GESTION DE L’ÉNERGIE |POSTURES ET COORDINATIONS |
|Vers n1 |Ils ne différencient pas l’action athlétique du |Pour que la mesure puisse exister, il faut d’abord |Soit les enfants neconnaissent pas leurs limitent, |Pas de prise d’informations visuelles sur l’espace |
| |retour au point de départ. |que l’enfant oriente son espace. |leurs performances pour les plus grands. |puisqu’il n’est ni orienté ni structuré. L’objet |
| |Le départ n’est pas perçu, représenté, l’enfant ne |L’âge peut-être unobstacle :une certaine maturation|Soit, pour les plus jeunes, (maturation) la |dans le lancer est la seule centration visuelle et |
| |s’oriente pas par rapport au dispositif. |est nécessaire pour dépasser la fusion avec l’autre |représentation du temps, de la durée de l’effort, |affective. |
| |Soit l’espace athlétiquen’est pas encore |dans la course ou avec l’engin dans les lancers. |pour les efforts prolongés, est à construire (on |Les actions ne sont ni vécues, ni perçues, ni |
| |représenté, | |observe une discontinuité, des alternances dans |conçues dans leur succession parce qu’ellesne sont |
| |Soit les règles de fonctionnement sont à construire | |l’effort) ; la représentation du temps à ce niveau |pas finalisées par rapport à la performance. |
| | | |passe par la construction de l’espace àparcourir. | |
| | | | | |
| |L’élan est considéré comme magique, proportionnel à |Ils n’ont pas de moyens, d’outils permettant les|Soit non-dépassement du plaisir émotionnel de |Peu d’anticipation sur l’action suivante dans un |
|Vers n2 |la hauteur ou la longueur à franchir. |comparaisons plus objectives. |courir, sauter, lancer, qui interdit alors le désir |ensemble d’actions. |
| |Les temps fort de l’effort (impulsion, prise|Impossibilité à se situer dans un passé et un futur |d’apprendre donc une centration sur le progrès. |Des informations visuelles prédominantes organisent |
| |d’appuis...) ne sont pas pris en compte ; il ne peut|proches, à fortiori lointains (maturations et |Soit pas de représentation d’un progrès possible par|successivement postures et coordinations d’actions. |
| |yavoir transformation des trajectoires et des |expériences). |insuffisance d’éléments de comparaison (écarts entre|« Ces repères sont un frein à la mise en cause même |
| |trajets. |Difficultés à réaliser des représentations simples à|performance actuelle et performance possible) ou |ponctuelle et brèvede l’équilibre vertical - peur |
| | |partir de situations concrètes vécues (codages). |liée au développement psycho-affectif de l’enfant |de tomber ». |
| | |Immaturité psycho-affectives ne permettant pas de se|(maturation)....
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Athlétisme
  • Athlétisme
  • Athlétisme
  • Athlétisme
  • Athletisme
  • Athletisme
  • Athlétisme primaire
  • Theorie athletisme

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !