Autant-en-emporte-le-vent

1910 mots 8 pages
Autant en emporte le vent

Bigger than life

Autant en emporte le vent
- Gros Plans -

Copyright © critikat.com, le site de critique de film

Page 1/4

Autant en emporte le vent

Êtes-vous plutôt "Taratata" ou "Fiddle-dee-dee" ? Plutôt Ashley Wilkes ou Rhett Butler ? Tara ou Les Douze Chênes ? Si ces termes vous parlent, c'est que vous aussi avez succombé au récit de l'amour tumultueux et inachevé entre l'ensorcelante (mais pimbêche) Scarlett O'Hara et le fascinant (mais cynique) Rhett Butler, sur fond de guerre fratricide entre Yankees et Confédérés. Vous aussi avez paniqué lors de l'incendie d'Atlanta et pleuré avec l'héroïne, abandonnée par son mari au seuil de son amour naissant, mais tardif ; vous aussi avez ironisé sur la gentillesse niaise de Mélanie et regretté l'orgueil démesuré de Scarlett. Des millions de spectateurs, toutes époques et générations confondues, ont expérimenté ces sentiments. Car Autant en emporte le vent, soixante-dix-huit ans après sa sortie, est devenu plus qu'un film : une légende. Mais, au fait, comment crée-t-on une légende ?

Règle numéro un : faire parler du film bien avant qu'il ne soit sorti en salles. Avec Autant en emporte le vent, le jeune producteur David O'Selznick était passé maître en la matière : annoncé en 1936, alors que le volumineux roman de Margaret Mitchell (plus de 1000 pages et trois volumes chez Denoël) était devenu un best-seller à l'échelle du pays, le tournage du film ne devait commencer qu'en 1939. Trois scénaristes se cassèrent les dents pendant trois longues années sur l'adaptation alors que Selznick faisait réécrire les pages des uns par les autres (Sidney Howard, plus productif, fut le seul crédité au générique). Le casting fit l'objet des rumeurs les plus folles et des négociations les plus ardues : le King Clark Gable ayant été désigné à l'unanimité par le grand public américain pour interpréter le séduisant et viril Rhett Butler, Selznick obtint de son beau-père Louis B. Mayer qu'il lui

en relation

  • Autant en emporte le vent
    857 mots | 4 pages
  • Expose autant emporte le vent
    1025 mots | 5 pages
  • Rhett butler, autant en emporte le vent
    1098 mots | 5 pages
  • Café à emporter
    3557 mots | 15 pages
  • Mississippi
    1074 mots | 5 pages
  • Histoire du cinéma parlant
    1277 mots | 6 pages
  • Tpe la guerre de sécession partie ii
    474 mots | 2 pages
  • Incipit de fahrenheit 451
    438 mots | 2 pages
  • Faits historiques 1940
    1698 mots | 7 pages
  • Integral
    622 mots | 3 pages