Autrui la personne

7788 mots 32 pages
AUTRUI
LA PERSONNE

INTRODUCTION

Pourquoi étudier ensemble ces deux notions ? Quel est leur lien ? Elles renvoient toutes deux à une même réalité depuis un point de vue différent: l’existence de fait des autres autour de moi.
Autrui: insiste sur la différence irréductible entre moi et les autres, sur l’altérité des autres et la spécificité du moi. Autrui, c’est surtout ce que je ne suis pas, ce que je ne peux pas comprendre.
Personne: insiste sur l’identité de fond qui fait que je suis un homme comme un autre, un homme parmi d’autres. La personne, c’est la dignité de la personne humaine.
Tout le problème consiste à savoir ce qui l’emporte: notre communauté ou notre altérité ? Autrui est-il tellement différent de moi que rien ne peut nous réunir ? L’altérité d’autrui l’emporte-t-elle sur notre commune appartenance à l’espèce humaine?
Ce qui fait la difficulté, c’est que nous sommes apparemment placés devant l’alternative suivante: soit je privilégie l’altérité d’autrui, et je ne peux plus le connaître. Soit, je privilégie notre identité, et ce n’est pas autrui que je connais, mais ce que je projette de moi en autrui.

I. UN MONDE SANS AUTRUI

L’égoïsme naturel de l’homme le porte à ne pas tenir compte de l’existence des autres autour de lui: il se comporte comme s’il était seul au monde. Inversement, tout le sens de l’entreprise philosophique revient toujours en quelque sorte à “intégrer” autrui, à penser depuis un point de vue général, c’est-à-dire à ne pas penser seul, à penser en quelque sorte depuis le point de vue de l’autre.
On peut se demander ce que serait pour moi un monde dont les autres seraient absents: un enfer ou un paradis?
Qu’est-ce que je gagne et qu’est-ce que je perds si autrui disparaissait de mon univers?

1) la liberté

Autrui m’apparaît toujours comme une limite à ma liberté: parce qu’il y a les autres autour de moi, je ne peux pas faire tout ce que je veux. Les libertés se limitent entre elles. “Ma liberté s’arrête

en relation

  • Peut-on connaitre autrui ?
    1643 mots | 7 pages
  • Autrui est il toujours un mystère ?
    2620 mots | 11 pages
  • Autrui (philo)
    1319 mots | 6 pages
  • A-t-on le droit d'être indifférent à autrui ?
    1741 mots | 7 pages
  • Autrui
    4634 mots | 19 pages
  • Nous est-il permis de juger autrui ?
    2145 mots | 9 pages
  • L'intérêt que je porte à autrui tient-il du fait qu'il me ressemble
    725 mots | 3 pages
  • Cours de philo sur autrui
    2413 mots | 10 pages
  • Est-il plus facile de connaitre autrui que de se connaitre soi-même?
    1801 mots | 8 pages
  • Thèse d'aristote - autrui
    1434 mots | 6 pages