Autrui

Pages: 51 (12662 mots) Publié le: 24 février 2011
Autrui

Introduction

Je crois que notre occupation la plus constante ne serait pas de (chercher à) fuir la solitude si elle n’était pas notre expérience la plus originaire, la plus constante mais aussi la plus douloureuse. En effet, nous sommes des êtres conscients, mais sitôt que nous prenons conscience de nous-mêmes nous nous découvrons séparés (distincts) du monde et séparés (distincts)des autres. En fait, je n’existe pour moi-même qu’en me différenciant (en me distinguant) de ce qui n’est pas moi, Ie. en m’opposant au monde et aux autres. De sorte que je ne suis moi-même qu’en n’étant pas les autres. Cette originaire séparation, constitutive de notre existence consciente, nous isole des autres ; nous isole dans une solitude si profonde qu’elle semble se confondre avec lacondition humaine. Or, le paradoxe de notre condition c’est que l’homme est en même temps une espèce loquace et sociable, si bien que c’est naturellement que nous désirons, en même temps, la compagnie des autres. Ces autres desquels nous sommes pourtant séparés de manière irréparable. Ainsi, c’est parce que nous existons comme des êtres (ontologiquement) séparés, c’est parce que nous nous sentons seulsque nous recherchons la compagnie des autres. Ce désir ne peut cependant aboutir qu’à l’échec : en fait, notre solitude ne nous parait jamais aussi sensible que lorsque nous nous trouvons parmi les autres ; non pas avec eux mais seulement à côté d’eux. Ainsi, d’un côté, nous ne ressentons jamais aussi intensément l’existence de notre propre moi que dans la solitude, c’est-à-dire, en fait, dans ladouleur et dans l’ennui ; tandis que de l’autre côté, ce sentiment de notre propre existence est si insupportable que nous faisons tout pour le fuir, car alors nous croyons que tout est sans intérêt et sans saveur si nous ne pouvons même pas avoir la possibilité le partager avec autrui. C’est de là que nait notre besoin d’autrui, semble-t-il. C’est ce qui fait, en outre, que même si on ne manquede rien, il suffit que l’on soit seul pour se sentir privé de tout, c’est-à-dire de l’essentiel : par exemple, ne voit-on pas les plus fortunés sans cesse s’entourer de compagnies qui les aident à dépenser ce qu’ils possèdent ? Sans aucun doute font-ils cela pour se persuader d’avoir réellement ce que pourtant ils possèdent. Mais alors, notre existence n’aurait de saveur que si elle peut êtresoutenue par le regard des autres. Exister cela revient alors à exister aux yeux des autres. Lorsque nous sommes seuls notre existence nous semble en effet inconsistante, et sans réalité, bref fantomatique.
Pourtant, ne peut-on dire, toute autre chose ? Par exemple, notre besoin des autres ne tient-il pas bien plutôt à notre profonde sociabilité ? Pour l’admettre il suffit de constater que la plupartdes hommes acceptent les plus misérables des divertissements et les compagnies les plus insipides pour espérer échapper à la solitude ? « Plutôt être mal accompagner que seul ! » se dit-on alors. Et quelque déception que nous ressentions de la compagnie des autres, il semble que nous en préférions le risque plutôt que de compter pour rien, ou de n’être désiré de personne. Il nous semble donc quenotre plus grand malheur nous vienne de l’insupportable solitude qui est incompatible avec notre être social. Mais alors pourquoi cherchons-nous à fuir aussi bien les autres que notre solitude ? Serait-ce parce que nous désirons que les autres soient nos « alter ego », qu’ils soient comme nous, nos semblables ? Ou bien encore, désirons-nous qu’ils nous admirent et qu’ils nous envient ? Ou plutôt,ce paradoxe du rapport à autrui ne serait-il pas l’expression nue de la haine intestine que nous nous témoignons tous mutuellement ? Et parce que nous nous y attendons tous, nous sentons bien que l’essence des rapports entre les hommes est conflictuelle. En fait, nous sommes si méfiants à l’égard des autres que personne ne veut être seul, au point que nous recherchons paradoxalement de la...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Autrui
  • Autrui
  • Autrui
  • Autrui
  • autrui
  • Autrui
  • Autrui
  • Autrui

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !