Avouer ses fautes ?

563 mots 3 pages
Avouer ses fautes : les bons et les « mauvais » côtés

Cette dissertation a été donnée après une vie de classe concernant un élève qui a insulté une correspondante espagnole.
Avouer ses fautes : les bons et les « mauvais » côtés. « En avouant ses erreurs, on met la raison au présent et le tort au passé »du Duc de Lévis.
Je ne pense pas qu'il y ait de mauvais côtés à avouer ses fautes. On pense souvent qu'on risque de perdre l'estime et la confiance des autres, mais les fautes avouées sont plus faciles à oublier et à pardonner. En avouant on comprend qu'il faut assumer ses fautes et se remettre en question , chose difficile pour beaucoup. C'est pour ça que peu de personnes avouent leurs fautes. Avouer ses fautes, signifie qu'on est prêt à ne plus les refaire et qu'on a conscience que ce que l'on a fait n'est pas bien . Cela traduit aussi un grand courage car il en faut plus pour avouer ses fautes que pour les faire. Les aveux peuvent apporter un sentiment de soulagement et enlèvent aussi la suspicion qui s'est installée autour de nous. Mais avouer veut aussi dire accepter les sanctions et le risque que certaines personnes n'est plus confiance en vous. Dans notre cas cela peut éviter l'annulation d'un voyage , une mauvaise impression de la classe et du professeur d'espagnol , ça peut aussi être une façon de s'excuser.

Ne rien avouer est signe que l'on n'assume pas ce que l'on a fait et les conséquences. Cela met en doutes la confiance que les autres ont en nous et cela peut aussi créer des tensions . Ne pas avouer signifie aussi une fuite : on fuit nos fautes et nos erreurs parfois on se convainc même que l'on a rien fait . Ne rien dire revient a fuir la réalité et souvent on pense que si on se tait , les fautes et les conséquences ne sont pas réelles et que ce n'est qu'une simple illusion. Seulement les autres ne voient pas les choses ainsi. Ils pensent parfois que l'on a aucuns regrets ou que l'on a pas confiance en eux . Souvent ils subissent les

en relation

  • Partie ii
    2556 mots | 11 pages
  • la vie d'un moine
    691 mots | 3 pages
  • lettre de Cécile de Volange
    976 mots | 4 pages
  • Les auxiliaires de justice
    4383 mots | 18 pages
  • l'amitié
    699 mots | 3 pages
  • Ecjs
    2322 mots | 10 pages
  • Infidélité
    1083 mots | 5 pages
  • Marivaux
    1775 mots | 8 pages
  • Montesquieu (1689- 11755) « comment peut-on être persan ? »,
    1493 mots | 6 pages
  • Commentaire comment peut on être persan
    1520 mots | 7 pages