Bâle i

5669 mots 23 pages
I- LA GESTION DU RISQUE DES CREDITS POUR LES PARTICULIERS : Les crédits aux particuliers sont pour le secteur bancaire un domaine d’activité à part entière. Pendant longtemps, l’endettement des particuliers, notamment à court terme, a paru suspect. Les ménages dégagent traditionnellement une capacité de financement, le recours au crédit demeurant un événement exceptionnel, comme l’achat d’un logement par exemple. Aujourd’hui ces réticences ont disparu et les particuliers utilisent quotidiennement le crédit tant à court qu’à moyen ou long terme et l’endettement bancaire des particuliers est un marché en expansion régulière qui supplée parfois opportunément la demande moins active émanant des entreprises.

Dans un premier temps, les établissements de crédit ont traité les demandes de crédits des particuliers selon les mêmes méthodes que les demandes de crédit des entreprises. Mais le grand nombre de dossiers à traiter, le faible montant des crédits demandés et la rapidité nécessaire de la réponse ont conduit les banques à automatiser le traitement des demandes de crédits par la méthode bien connue aujourd’hui dite crédit scoring.

A- L’approche classique :

Dans l’approche classique du risque des crédits aux particuliers le banquier analyse la capacité de remboursement de l’emprunteur, les annuités ou mensualités de remboursement ainsi que les intérêts ne doivent pas constituer une charge insupportable par rapport aux revenus actuels ou futurs. L’octroi du crédit s’accompagne en outre fréquemment d’une prise de garantie que le banquier fera jouer si l’insolvabilité de l’emprunteur se manifeste. Les particuliers demandent deux sortes de crédits : des crédits à court terme destinés à pallier un décalage temporaire entre revenus et dépenses et des crédits à moyen et long terme dont l’objet est le fonctionnement de l’acquisition de bien immobiliers.

1 - Les crédits à court terme Les crédits à court terme sont demandés soit pour financer l’achat d’un

en relation

  • Bâle i
    502 mots | 3 pages
  • Bale i
    3164 mots | 13 pages
  • Les accords de bâle i
    4938 mots | 20 pages
  • la convention de bale I
    1555 mots | 7 pages
  • Bale i à bale ii
    8054 mots | 33 pages
  • ACCORD BALE I & II & III
    4500 mots | 18 pages
  • Présenter et expliquer les normes et principaux ratios issus de bâle i.
    257 mots | 2 pages
  • Bale ii
    1919 mots | 8 pages
  • Les normes de bâle ii et l'impact de la réforme bâloise sur le financement des pme marocaines
    5616 mots | 23 pages
  • Bale 1 et bale2
    1983 mots | 8 pages