Bérénice - plainte élégiaque

1034 mots 5 pages
Lecture analytique Bérénice IV, 5 (1103-1121)
La plainte élégiaque de Bérénice

Introduction
Jean Racine (1639-1699), est un auteur classique du XVIIème siècle qui a marqué son époque par une œuvre diversifiée contenant notamment des tragédies. L’une d’elle, Bérénice, écrite en 1670, relate l’amour impossible entre Titus, le nouvel empereur de Rome, et Bérénice, reine de Palestine. Soumis à la raison d’Etat, Titus doit renoncer à son amour pour Bérénice. L’action se déroule dans la Rome antique, et comme de nombreuses tragédies classiques, cette pièce respecte des règles de composition très strictes. Elle se déroule en cinq actes, respecte l’unité de lieu, de temps et d’action ainsi que les règles de bienséance et de vraisemblance. Le texte est écrit en alexandrins réguliers.
Nous étudierons la plainte élégiaque de Bérénice (acte IV scène 5 vers 1103 à1121), qui succède au vers prononcé par Titus : « Mais il ne s’agit plus de vivre, il faut régner. » (v.1102). Ce vers pose le dilemme opposant la passion à la raison. Cette scène est une scène de rupture. Titus après un monologue délibératif (scène 4), a fait le choix de l’honneur et renonce à Bérénice.
Nous nous demanderons quelles figures de la reine Bérénice nous dévoile ce passage en étudiant les trois étapes de sa réaction, qui sont successivement la colère, la souffrance et la révolte.

A. Une femme aveuglée par la colère
1) Une résignation simulée
- Un rythme saccadé par la ponctuation (petits bouts de phrase prononcés un peu contre son gré)
- Impératifs : « régnez », « contentez » (v.1103)
- Prétérition : « Je ne dispute plus » (pourtant elle continue à disputer)

2) L’étroitesse d’esprit de Bérénice
- Bérénice ne répond qu’aux derniers mots de Titus, à savoir « il faut régner » ; succession de deux métonymies « yeux » (=Bérénice) et « bouche » (=Titus) : Bérénice ne voit que les mensonges de Titus sans prêter attention à l’argumentation de ce dernier.
- « infidèle » : elle croît que

en relation

  • Plainte élegiaque de berenice
    1308 mots | 6 pages
  • Bérénice
    5684 mots | 23 pages
  • Bérénice
    3925 mots | 16 pages
  • mmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmm
    744 mots | 3 pages
  • Bérénice, une élégie ?
    509 mots | 3 pages
  • Berenice
    559 mots | 3 pages
  • Pensez-vous que la poésie ait comme objectif principal d’exprimer un beau chant désespéré?
    1330 mots | 6 pages
  • Bérénice, racine commentaire composé
    955 mots | 4 pages
  • Biographie corneille
    1868 mots | 8 pages
  • corpus
    785 mots | 4 pages