Bachelard

1565 mots 7 pages
Si on retire aux enquêteurs les affaires dans lesquelles ils sont trop impliqués émotionnellement, comment un qui se passionne pour ce qu’il étudie peut, quant à lui, rester objectif ? Emerveillement et langage constitueraient deux obstacles épistémologiques majeurs de la connaissance objective, alors qu’Aristote fait du premier le point de départ de la philosophie, et du second (le logos) le moyen de connaitre ! Tout se passe comme si cet extrait posait la question : comment un discours scientifique peut-il être objectif ? Toute la difficulté philosophique réside dans cette contradiction mise au jour par Bachelard à savoir : (l.1) « Il suffit que nous parlions d’un objet pour nous croie objectif », mais (l.14 – 15) « le verbe qui est fait pour chanter et séduire rencontre rarement la pensée ». Bachelard considère que la fonction première du langage est de « chanter et séduire », c'est-à-dire exprimer sa subjectivité ! Et la subjectivité ne s’exprime qu’au sujet de ce qui la séduit ! Paradoxe ou contradiction ? Comment un discours fait pour exprimer la subjectivité pourrait-il dire quelque chose de l’ « objet », ou quoi que se soit d’objectif ? Le langage permet-il d’attendre le réel ? C’est tout le problème que Bachelard cherche à résoudre dans cet extrait en donnant une méthode critique à l’usage des scientifiques, mais valable aussi pour nous dans la vie de tous les jours. Tout se passe comme si le texte de ce penseur, au fort accent dijonnais, se posait les questions suivantes : suffit-il de parler d’un objet pour être objectif ? Pourquoi le choix de notre objet d’étude révèle la jeunesse de notre esprit ? Quelle illusion génère ce manque de conscience c'est-à-dire ce manque de maturité ? Enfin, comment l’objectivité scientifique est-elle donc possible ?

Nous traiterons dans une première partie les lignes 1 à 4 en nous demandant tout d’abord s’il suffit de parler d’un objet pour être objectif. Ensuite, pourquoi le choix de notre objet d’étude révèle la

en relation

  • Bachelard
    665 mots | 3 pages
  • Bachelard
    383 mots | 2 pages
  • Bachelard
    993 mots | 4 pages
  • Bachelard
    2958 mots | 12 pages
  • Bachelard
    762 mots | 4 pages
  • Bachelard
    578 mots | 3 pages
  • Bachelard
    268 mots | 2 pages
  • bachelard
    395 mots | 2 pages
  • Bachelard
    293 mots | 2 pages
  • Bachelard
    1675 mots | 7 pages