Balzac

420 mots 2 pages
L'Avant-propos a lui aussi son histoire, dont la correspondance permet de fixer les étapes. La genèse du texte qui, notons le, fait de Balzac en quelque sorte l'éditeur de ses oeuvres, n'a pas été sans problèmes. Lui-même y renâclait... Les éditeurs songent d'abord à Nodier, qui refuse, puis à Hippolyte Rolle, « vieux camarade », rédacteur au National, (Corr., IV, mars 1842). Mais Balzac pense de son côté à Sand, qui accepte (avril) mais demande deux mois, puis tombe malade, diffère et se dégage (24 juillet 1842). Entre temps Balzac s'était découragé et avait songé à reprendre les préfaces originales dont bien des oeuvres avaient été accompagnées. Ce qui ne convient guère : il s'agit plutôt de faire jaillir le monument, basilique ou pyramide, en gommant l'adhérence de ses divers fragments à la petite histoire. Reprendre les somptueuses « Introductions » qu'en 1834-1835 il avait fait écrire à Félix Davin, dûment « serinetté » par lui ? Hetzel est contre, car elles sont – maladroitement – trop élogieuses : effet détestable à la tête d'une « chose capitale ». Hetzel précise (fin juillet 1842) : « c'est une réclame à faire. Si je savais écrire, je l'écrirais » et exhorte : « Maintenant, gros père, mettez-vous en train d'aller ». Et Balzac, on l'a vu, finit par obtempérer. Mais il lui en coûte : « Ces 26 pages m'ont donné plus de mal qu'un ouvrage » (LHB I, 594 ; 13 juillet). Et l'Avant-propos va rater le rendez-vous de La Comédie humaine dont le premier volume a paru le 25 juin. Il existera donc de façon autonome, renvoyé en supplément aux souscripteurs en août, alors que les livraisons du deuxième volume sont en cours.

Pas de manuscrit, ni d'épreuves, en dehors de trois pages conservées, de la main d'Hetzel, vraisemblablement la première ébauche que Balzac lui avait soumise (Corr., IV, 466, n. 2). Mais un exemplaire du première tirage a été corrigé par Balzac et envoyé à Custine. Il le lui redemande fin juillet 1846 (Corr., V, 142), sans doute pour en préparer la

en relation

  • Balzac
    1334 mots | 6 pages
  • Balzac
    9086 mots | 37 pages
  • Balzac
    413 mots | 2 pages
  • Balzac
    634 mots | 3 pages
  • Balzac
    2704 mots | 11 pages
  • Balzac
    776 mots | 4 pages
  • Balzac
    503 mots | 3 pages
  • Balzac
    645 mots | 3 pages
  • Balzac
    505 mots | 3 pages
  • Balzac
    875 mots | 4 pages