baudelaire commentaire Moesta et errabunda

609 mots 3 pages
en latin: - déclinaison féminine: "Triste et Vagabonde " (=>Agathe ou l'âme de l'auteur)
- déclinaison neutre: "choses Tristes et Vagabondes " (souvenirs ?) La référence au latin peut être interprétée comme un retour à l'origine : - de la langue (le latin), à l'enfance (Baudelaire était très fort en latin dans son enfance).
Agathe : Vient du Grec "la toute bonne" => paradis. Elle est plus une présence rêvée qu'une vraie femme car: - Aucune description physique - Elle est nommée Ces deux points contrastent avec les femmes habituelles de l'oeuvre de Baudelaire: elles sont souvent longuement décrites et jamais nommées. Agathe ne semble avoir qu'un coeur ("est-il vrai que parfois le triste coeur d'Agathe..."). Cette "Immatérialité" indique une distance par rapport au temps, le corps étant un signe du temps, et le paradis recherché étant dans l'enfance ou hors du temps. On peut enfin remarquer qu'Agathe ne semble être là que pur éliminer l'idée contradictoire de solitude au Paradis.
C'est justement cette idée de solitude qui caractérise le "Spleen" Baudelairien. (monologue => solitude => impossibilité d'un paradis).
On peut aussi remarquer le jeu des couleurs chez Baudelaire: le noir, la non-couleur, associé à la "ville" le bleu, signe de vie, de lumière. le Vert, associé à l'enfance.
=>Agathe est aussi une pierre aux reflets colorés multiples.
Agathe rime avec frégate => la femme permet le voyage. En même temps, le double sens de "frégate" renforce l'idée d'abolition des limites physiques, qui empêche d'atteindre le paradis (bateau rapide ou oiseau).
Cette comparaison de la femme avec un bateau est fréquente dans toute l'oeuvre de Baudelaire. Un autre point caractéristique du style de Baudelaire est la modernité du vocabulaire, avec ici l'emploi du mot "wagon" (ligne 11), encore très moderne à l'époque.
Dans le deuxième paragraphe, la mer est associée à l'idée de "mère", par les mots chanteuse, berceuse... en opposition, il y a le "père" symbolisé par le vent

en relation

  • Commentaire baudelaire "moesta et errabunda"
    1695 mots | 7 pages
  • Commentaire moesta et errabunda
    843 mots | 4 pages
  • La beauté - charles baudelaire.
    691 mots | 3 pages
  • Voyelles - d'arthur rimbaud
    1641 mots | 7 pages
  • 454 Baudelaire Reversibilite
    2099 mots | 9 pages
  • Les fleurs du mal
    2230 mots | 9 pages
  • Paysage, charles baudelaire
    2510 mots | 11 pages
  • un roi sans divertissement jean giono
    1781 mots | 8 pages
  • Anthologie poétique
    3274 mots | 14 pages
  • Sur baudeleire [et "lettres a sa mere"]
    54009 mots | 217 pages