Baudelaire : la cloche fêlée

1445 mots 6 pages
Accéder au commentaire de texte : Commentaire : Baudelaire : La cloche fêlée
Extrait étudié :
La cloche fêlée

INTRO : Ce sonnet irrégulier, extrait de Spleen et Idéal, exprime de façon tragique la malédiction du poète Derrière la double allégorie de l’hiver, saison dévolue au spleen et à la souffrance, et de la cloche, qui symbolise explicitement l’âme, c’est une confession sur l’impuissance créatrice qui se cache.

I° AVANT LA CREATION : rêverie et méditation.

1) La rêverie
Le poème commence, comme dans Chant d’automne, par adopter un ton général, avant d’y opposer une focalisation intime. « Il est amer et doux », « Les nuits d’hiver » : le poète considère cette scène comme étant de portée universelle. Pourquoi ? Parce que l’hiver, accentué par le pluriel de ses « nuits », est la saison du spleen ; la saison du froid, de la souffrance, dont il faut se protéger.
Protection apportée, dans cette première strophe, par une image, au double sens du terme, de foyer : le « feu », mais aussi la maison, protègent de l’hiver. Abri de la maison, dont Julien Gracq dit que c’est une des figures essentielles de la poésie baudelairienne : la maison, c’est l’intériorité, l’introspection ; bref, le moi qui s’oppose au monde, hostile. En effet, dans cette maison, au bord de ce feu, on « écoute les souvenirs ». Pourquoi « écouter » ? Constatons l’allitération en « p » et « f », qui font une véritable harmonie imitative : ce sont les craquements et les sifflements du feu que nous entendons ici. Oui, Baudelaire, fasciné par le feu, est plongé dans une rêverie hypnotique, au cours de laquelle remontent ses « souvenirs lointains ». Encore une fois, c’est ici un thème très proprement baudelairien : le passé donne de la joie, parce que le passé est strictement intérieur, tandis que le présent consiste à affronter l’extériorité, le monde. L’allitération en « l » du vers 3 exprime la fluidité de cette danse des souvenirs, provoquée par la rêverie, et associée aux volutes de la

en relation

  • La cloche fêlée, baudelaire
    1194 mots | 5 pages
  • Baudelaire et "la cloche fêlée"
    929 mots | 4 pages
  • la cloche fêlée, Baudelaire
    3635 mots | 15 pages
  • Baudelaire - la cloche fêlée
    1602 mots | 7 pages
  • Commentaire La cloche fêlée Baudelaire
    2351 mots | 10 pages
  • Commentaire de la cloche fêlée de baudelaire
    1245 mots | 5 pages
  • La cloche fêlée de charles baudelaire
    1794 mots | 8 pages
  • Analyse : cloche fêlée - baudelaire
    2152 mots | 9 pages
  • La cloche fêlée - charles baudelaire
    264 mots | 2 pages
  • Présentation de la cloche félée de charles baudelaire
    329 mots | 2 pages