Bel ami

Pages: 209 (52076 mots) Publié le: 24 février 2011
Deuxième partie

Chapitre 9
Georges Duroy avait retrouvé toutes ses habitudes anciennes. Installé maintenant dans le petit rez-de-chaussée de la rue de Constantinople, il vivait sagement, en homme qui prépare une existence nouvelle. Ses relations avec Mme de Marelle avaient même pris une allure conjugale, comme s’il se fût exercé d’avance à l’événement prochain ; et sa maîtresse, s’étonnantsouvent de la tranquillité réglée de leur union, répétait en riant : "Tu es encore plus popote que mon mari, ça n’était pas la peine de changer." Mme Forestier n’était pas revenue. Elle s’attardait à Cannes. Il reçut une lettre d’elle, annonçant son retour seulement pour le milieu d’avril, sans un mot d’allusion à leurs adieux. Il attendit. Il était bien résolu maintenant à prendre tous les moyenspour l’épouser, si elle semblait hésiter. Mais il avait confiance en sa fortune, confiance en cette force de séduction qu’il sentait en lui, force vague et irrésistible que subissaient toutes les femmes. Un court billet le prévint que l’heure décisive allait sonner. "Je suis à Paris. Venez me voir. "MADELEINE FORESTIER." Rien de plus. Il l’avait reçu par le courrier de neuf heures. Il entrait chezelle à trois heures, le même jour. Elle lui tendit les deux mains, en souriant de son joli sourire aimable ; et ils se regardèrent pendant quelques secondes, au fond des yeux. Puis elle murmura : "Comme vous avez été bon de venir là-bas dans ces circonstances terribles." Il répondit : "J’aurais fait tout ce que vous m’auriez ordonné." Et ils s’assirent. Elle s’informa des nouvelles, des Walter, detous les confrères et du journal. Elle y pensait souvent, au journal. "Ça me manque beaucoup, disait-elle, mais beaucoup. J’étais devenue journaliste

dans l’âme. Que voulez-vous, j’aime ce métier-là." Puis elle se tut. Il crut comprendre, il crut trouver dans son sourire, dans le ton de sa voix, dans ses paroles elles-mêmes, une sorte d’invitation ; et bien qu’il se fût promis de ne pasbrusquer les choses, il balbutia : "Eh bien... pourquoi... pourquoi ne le reprendriez-vous pas... ce métier... sous... sous le nom de Duroy ?" Elle redevint brusquement sérieuse et, posant la main sur son bras, elle mur mura : "Ne parlons pas encore de ça." Mais il devina qu’elle acceptait, et tombant à genoux il se mit à lui baiser pas sionnément les mains en répétant, en bégayant : "Merci, merci,comme je vous aime !" Elle se leva. Il fit comme elle et il s’aperçut qu’elle était fort pâle. Alors il comprit qu’il lui avait plu, depuis longtemps peut-être ; et comme ils se trouvaient face à face, il l’étreignit, puis il l’embrassa sur le front, d’un long baiser tendre et sérieux. Quand elle se fut dégagée, en glissant sur sa poitrine, elle reprit d’un ton grave : "Écoutez, mon ami, je ne suisencore décidée à rien. Cependant il se pourrait que ce fût oui. Mais vous allez me promettre le secret absolu jusqu’à ce que je vous en délie." Il jura et partit, le coeur débordant de joie. Il mit désormais beaucoup de discrétion dans les visites qu’il lui fit et il ne sollicita pas de consentement plus précis, car elle avait une manière de parler de l’avenir, de dire " plus tard", de faire desprojets où leurs deux existences se trouvaient mêlées, qui répondait sans cesse, mieux et plus délicatement, qu’une formelle acceptation. Duroy travaillait dur, dépensait peu, tâchait d’économiser quelque argent pour n’être point sans le sou au moment de son mariage, et il devenait aussi avare qu’il avait été prodigue. L’été se passa, puis l’automne, sans qu’aucun soupçon vînt à personne, car ils sevoyaient peu, et le plus naturellement du monde.

Un soir Madeleine lui dit, en le regardant au fond des yeux : "Vous n’avez pas encore annoncé notre projet à Mme de Marelle ? -Non, mon amie. Vous ayant promis le secret je n’en ai ouvert la bouche à âme qui vive. -Eh bien, il serait temps de la prévenir. Moi, je me charge des Walter. Ce sera fait cette semaine, n’est-ce pas ?" Il avait...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Bel ami
  • Bel ami
  • Bel ami
  • Bel ami
  • Bel-ami
  • Bel ami
  • Bel ami
  • Bel ami

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !