Bergson conscience

1991 mots 8 pages
Aristote distingue l'homme des animaux de trois manières : par la vie sociale, par le langage et par la conception du juste et de l'injuste.
1 ) L'homme est un animal politiqueC'est sa nature et sa différence avec les autres animaux. Il l'est par nature, c'est-à-dire que cette différence, l'homme la doit à la nature en tant qu'elle a produit cette nature de l'homme. Que signifie cette formule? Que l'homme vit en société, qu'il est sociable, que par nature il est disposé à vivre avec ses semblables? Sans doute, mais cette lecture est insuffisante pour plusieurs raisons : - On pourrait en dire autant de certains animaux, comme les abeilles ou les fourmis, qui elles aussi vivent en société et selon une organisation sociale complexe et efficace. Or, la socialité est présentée par Aristote comme une différence spécifique. Ce qui indique que la sociabilité n'est pas du même ordre chez l'homme que chez les animaux, qu'entre celle des hommes et celle des animaux il y a une différence de nature et non de degré. - On pourrait aussi dire exactement le contraire et cela passerait aussi pour exact, à savoir que l'homme est un animal agressif, qui ne supporte pas tous ses semblables et qui n'hésite pas quelquefois à s'en prendre eux. Ce qui indique que la sociabilité ne désigne pas ici une disposition bienveillante à l'égard de tout le monde. - Du reste, Aristote ne parle pas de sociabilité, mais de politique : cela veut dire que l'homme par nature est l'être qui vit en Cité, c'est-à-dire non seulement avec les autres, mais surtout en fonction de règles sociales et politiques qui définissent l'ordre social et politique, le statut, les fonctions et la valeur de tous les individus par des lois qui se doivent d'être justes. Alors, comment faut-il comprendre cette formule? Ce qu'il y ajoute permet de le comprendre : l'homme n'est pas tant un être doué de sociabilité qu'un être qui ne devient un homme que s'il vit avec les autres dans une Cité. L'homme ne devient un homme que par

en relation

  • La conscience de bergson
    2832 mots | 12 pages
  • Bergson - la conscience
    1435 mots | 6 pages
  • Bergson la conscience
    6718 mots | 27 pages
  • Bergson/conscience
    4277 mots | 18 pages
  • Bergson, la conscience
    1959 mots | 8 pages
  • Bergson "la conscience"
    3037 mots | 13 pages
  • La conscience bergson
    718 mots | 3 pages
  • Bergson et la conscience
    652 mots | 3 pages
  • Bergson et la conscience
    303 mots | 2 pages
  • La conscience de bergson
    788 mots | 4 pages