Berlin, de la division a la refunification

371 mots 2 pages
1. La bataille de Berlin qu'évoque Michel Droit est la "bataille" entre la partie Est de Berlin, contrôlée par l'URSS et la partie d'Ouest de Berlin, contrôlée par les Allies Occidentaux (les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France). Cette bataille se déroule entre le 24 juin 1948 et le 12 mai 1949. La bataille est en fait le "blocus de Berlin" par les Soviets. Berlin se trouve au milieu du territoire soviétique. Dans la partie d'Ouest de l'Allemagne, la nouvelle monnaie est introduite le 20 juin 1948, le Deutsche Mark. Selon Staline, ceci n'est pas selon les accords prise à Yalta. En réponse, Staline décide de soumettre la partie Ouest de Berlin à un blocus. Toutes les routes pour accéder au Berlin de l'Ouest sont fermées et l'électricité, qui vient du parti soviétique est coupe. Ceci est fait sans de violes des accords pris a Yalta.
Les Occidentaux mettent alors en place un pont aérien pour pouvoir alimenter les peuples dans la partie Ouest de Berlin. En moyen, 5000 tonnes d'alimentation sont apportées par jour.

2. Durant le blocus du ville de Berlin les Occidentaux (les Français, Américains et les Anglais) mettent donc en place un pont aérien pour apporter d’alimentation à leurs population. Ces militaires qui apportent l’alimentation par des avions entretiennent alors une relation d’échange. Ceci est parce qu’il

3. Le document 3 montre l'analyse des ouvriers de Berlin-Est. Ils comprennent que l'URSS ne respecte pas les accords prisent a Yalta. L'usine de laminage Willi Becker est fermé pour manifester contre la politique de l'URSS. Ils veulent que le SED disparaître. Ceci est la parti socialiste unifie d'Allemagne (Sozialistische Einheitspartei Deutschlands) qui est au pouvoir sous la République démocratique allemande. Les ouvriers savent que les dernières élections étaient truquées donc ils veulent des élections libres comme décide a Yalta. Ils ne veulent non plus être "russe", ils veulent redevenir complètement allemand et pas être sous domination

en relation