Bernard Marie Koltès

696 mots 3 pages
Bernard-Marie Koltès est né dans une famille bourgeoise de Metz. Fils de militaire de carrière, il voit très peu son père durant son enfance. Vivant mal l'éloignement de sa famille, sa scolarité au collège en pensionnat se déroule difficilement. Il effectue son premier voyage au Canada à 18 ans, voyage qui le marqua profondément1.

Il s’initie à la musique de Jean-Sébastien Bach avec l’organiste Louis Thiry. Il voit, à l’âge de vingt ans, Maria Casarès dans Médée. Désirant devenir acteur, il passe le concours d'entrée du Théâtre national de Strasbourg (TNS) mais il n'est pas admis. Il envoie sa pièce Les Amertumes, écrite d'après Gorki, à Hubert Gignoux, alors directeur du TNS, qui impressionné par le talent de Koltès, lui propose d’intégrer l’école; il y entre en section scénographie, puis y réalise une dizaine de mises en scène. Il commence alors à écrire pour le théâtre.

En 1970, il monte sa propre troupe de théâtre, le « Théâtre du Quai », et écrit L’Héritage que Maria Casarès lit pour la radio. Ses premières pièces, expérimentales, ne connaissent pas le succès et Koltès les reniera lorsqu'il évoluera vers un style plus narratif à la fin des années 70, notamment à partir de Combat de nègre et de chiens. Entre un passage au Parti communiste français (1975-1978), de nombreux voyages en Amérique latine, en Afrique et à New York, Koltès crée de nombreuses pièces, comme le long monologue écrit pour Yves Ferry, La Nuit juste avant les forêts, qui est monté en off au Festival d'Avignon en 1977 par l’auteur, puis, à sa demande, par Moni Grégo au CDN de Lille. Son théâtre, en rupture avec celui de la génération précédente, met en scène la perpétuelle tentative de communication entre les hommes. Koltès a conçu le personnage de Roberto Zucco à partir de l’histoire réelle du tueur Roberto Succo. Au début des années 1980, il rencontre Patrice Chéreau, qui devient son metteur en scène. Mais l’écrivain, malade, décède en 1989 du SIDA2.

Bernard-Marie Koltès, dont les

en relation

  • Bernard-marie koltès
    654 mots | 3 pages
  • Bernard marie koltès
    1063 mots | 5 pages
  • Biographie de bernard marie koltès
    659 mots | 3 pages
  • Commentaire bernard-marie koltès
    1323 mots | 6 pages
  • Commentaire composé Le retour au désert de Bernard Marie Koltes
    803 mots | 4 pages
  • Roberto zucco, bernard-marie koltès, scène 3
    654 mots | 3 pages
  • Commentaire Combat de nègre et de chiens : Bernard-Marie Koltès
    591 mots | 3 pages
  • Analyse roberto zucco ( film ) - bernard-marie koltès
    583 mots | 3 pages
  • Bernard-marie koltès, le retour au désert, 1988, editions de minuit.
    648 mots | 3 pages
  • Manipulations de l’absence dans La nuit juste avant les forêts de Bernard- Marie Koltès
    1587 mots | 7 pages